ACCUEIL > POLITIQUE > 32ème sommet de l’UA : l’appel du Gabon à une appropriation de la crise en RCA


32ème sommet de l’UA : l’appel du Gabon à une appropriation de la crise en RCA

  12 février 2019 à 20h56min 0 Commentaire(s)


Mandaté par le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, pour représenter le Gabon au 32ème sommet des chefs d’Etats et de gouvernements de l’Union africaine (UA), tenu du 10 au 11 février dernier à Addis Abeba en Ethiopie, le Premier ministre, Julien Nkoghé Békalé, a appelé à une appropriation de l’initiative africaine pour une paix réelle en République centrafricaine. Tout comme il a marqué son adhésion sur les démarches allant dans ce sens.

Au cours de ce rendez-vous des chefs d’Etats et de gouvernements autour de la thématique :« Année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées : Vers des solutions durables aux déplacements forcés en Afrique », le Premier ministre gabonais a invité, dans son allocution, l’assistance à s’approprier la feuille de route signée à Libreville, pour faire de la paix en RCA, une réalité. 

« Le Gabon, nul besoin de le rappeler ici, soutient les efforts de l’UA et de la CEEAC, face aux enjeux et à l’arrivée de nouveaux acteurs dans la solution de crise centrafricaine. C’est pourquoi, il nous faut revitaliser la feuille de route de Libreville et nous approprier véritablement l’initiative africaine pour la RCA », a-t-il dit.

« C’est dans cette optique que pour sa part, le Gabon s’engage depuis plusieurs années, sur le théâtre centrafricain par sa contribution permenante à la Minusca aujourd’hui avec un bataillon, au renformcement des capacités des forces de défense et de sécurité, par la formation des officiers centrafricains à plusieurs niveaux, ainsi qu’à la participation à tous les processus de négociation parmi lesquels, le Panel de facilitation de l’initiative et l’accueil de plusieurs rencontres internationales sur la RCA », a rappelé Julien Nkoghé Békalé. 
L’émisssaire d’Ali Bongo Ondimba a salué l’accord signé le 5 février 2018 à Khartoum au Soudan. 

« Il y a deux semaines, plus précisément le 24 janvier 2019 à Khatoum, j’ai personnellement pris part à Bangui à la cérémonie de lancement des pourpalers de paix directe entre le gouvernement centrafricain et les quatorze groupes armés. A la satisfaction générale, ces différentes étapes ont abouti à la signature de l’accord de paix obtenu entre les deux parties, le mercredi 6 février 2019 à Bangui. Aussi, voudrions-nous saluer cet accord historique qui a été paraphé le mercredi 5 février 2019 à Khartoum, en présence du président centrafricain, Faustin Archange Touadéra, du président soudanais, Omar El Béchir et du président de la commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat. Cet accord nourrit l’espoir d’une stabilité durable en RCA », a-t-il affirmé. 

Le Gabon, par la voix de son Premier ministre, a appelé à la poursuite du processus de démobilisation désarmement et réinsertion (DDR), pour que la stabilité souhaitée soit une réalité. « Il nous faut le reconnaître, ces différentes étapes de DDR ne sauront aboutir sans contributions volontaires de toutes natures utiles » a-t- il conclu.