ACCUEIL > SOCIETE > 40 magistrats installés dans leurs nouvelles fonctions


40 magistrats installés dans leurs nouvelles fonctions

  9 octobre 2018 à 21h09min 0 Commentaire(s)


Nommés par décision du Conseil supérieur de la magistrature, le 3 Juillet dernier, les 40 magistrats ont été installés, ce mardi 9 Octobre 2018 au palais de justice de Libreville, par le Premier président du Conseil d’Etat, René Aboghé Ella.
C’est en présence des Premiers présidents de la Cour de cassation et de la Cour des comptes, ainsi que du secrétaire général du ministère de la Justice, que la cérémonie d’installation des 40 magistrats s’est déroulée. 

Dans son discours de circonstance, le Premier président du Conseil d’Etat, René Aboghé Ella, a indiqué à l’assistance que la présente cérémonie était conforme à l’article 140 de l’ordonnance n°0026/2018 du 11 Août 2018, qui fixe l’organisation, la composition, la compétence et le fonctionnement des juridictions de l’ordre administratif.

Pour René Aboghé Ella, les magistrats qui ont été nommés par le dernier Conseil supérieur de la magistrature, ont été installés pour garantir la continuité du service public au sein des Tribunaux administratifs du Gabon, notamment à Franceville, Mouila, Makokou, Koula-Moutou, Port-Gentil, Oyem et Tchibanga.

« Votre installation marque le point de départ d’une carrière que je vous souhaite longue et fructueuse. En vous souhaitant la bienvenue dans l’ordre que vous aviez librement choisi, je vous exhorte à satisfaire, tout au long de votre parcours, aux exigences de probité, de rigueur, de pondération, mais surtout de courage qu’appelle l’exercice de toutes vos charges », a déclaré le Premier président du Conseil d’Etat.

Par ailleurs, les Tribunaux administratifs ayant désormais la compétence de gérer le contentieux relatif aux élections locales en République gabonaise, M. Aboghé Ella a demandé à ces jeunes collègues d’œuvrer pour rendre davantage crédible les juridictions administratives dont ils ont la charge.

« Votre prise de fonction coïncide avec la rétrocession au profit de nos juridictions, de la gestion du contentieux relatif aux élections locales. Mesurant la délicatesse de cette matière, eu égard aux convenances liées à votre statut, j’ambitionne qu’au sortir de ces élections, la crédibilité des juridictions administratives soit confortée. Vous aurez ainsi contribué au rayonnement de l’Ordre », a conclu René Aboghé Ella.

Rappelons qu’aux termes des dispositions de l’article 14 de l’ordonnance n°0026/2018 du 11 Août 2018, le Conseil d’Etat est la plus haute juridiction en matière administrative, et a compétence sur toute l’étendue du territoire national.