ACCUEIL > POLITIQUE > 41 partis de l’Opposition déposent la liste de leurs représentants au sein du Centre gabonais des élections (CGE)


41 partis de l’Opposition déposent la liste de leurs représentants au sein du Centre gabonais des élections (CGE)

  29 mars 2018 à 23h38min 0 Commentaire(s)


Une liste de 9 noms a été transmise au ministère de l’Intérieur, ce lundi, par une coalition des partis de l’Opposition engagés pour les législatives prochaines. Seulement, quelques partis de l’opposition dite modérée sont restés en marge de cette démarche concertée.
Réagissant à la lettre du ministre de l’Intérieur appelant les partis politiques légalement reconnus à fournir les noms de leurs représentants au sein des instances du Centre gabonais des élections (CGE), 41 partis politiques de l’Opposition ont transmis, ce lundi à Angondjé, la liste consensuelle de leurs représentants.


La secrétaire générale du ministère de l’Intérieur, Mme Judith Koumba Pemba Mombo a réceptionné le document des mains de David Mbadinga, président de l’Union des patriotes gabonais loyalistes (UPGL) et président de la conférence des présidents des partis de l’Opposition.

Un devoir, selon David Mbadinga, qui correspond à leur désir de prendre part à des « élections organisées dans des conditions de transparence garanties ». La sélection faite au moyen d’un vote à bulletin secret, vendredi 23 mars dernier, a donné lieu à la désignation de Jean Pierre Ndong Abessolo, David Mbadinga, Michel Menga M’Essonne et Joachim Mbatchi Pambou, représentants dans la commission ad hoc en charge de la réception et de l’examen des dossiers de candidatures au poste de président du Centre gabonais des élections (CGE).

Pour le collège spécial en charge d’élire le président du CGE, les opposants ont choisi comme représentants Mbadinga Maganga, Pépin Mongokodji, Philippe Nzengue Mayila, Simon Adolphe Evouna et Nzanga Mapangou Moukagni.

Alors que la majorité ne s’est pas acquittée de cette exigence, on craint fort, toutefois, que dans l’Opposition cette démarche concertée ne préfigure le déclenchement d’une tension, sachant que quelques partis ayant pris part au dialogue politique initié par Ali Bongo, notamment le Parti social démocrate (PSD)de Maganga Moussavou (Vice-président de la République), Démocratie nouvelle de René Ndemezo’Obiang (président du Conseil économique et social) et le Parti pour le développement et la solidarité sociale de Séraphin Ndaot (président du Conseil national de la démocratie), n’ont été associés.

L’occasion faisant le larron, David Mbadinga, au nom des partis de l’Opposition, a lancé un appel solennel au président de la République « pour qu’il puisse convoquer, conformément aux dispositions de l’article 9 de la loi 4/2015 sur le CND l’assemblée plénière élective, parce que le bureau actuel du CND, son mandat est échu depuis le 26 décembre 2017. Donc ça fait trois mois que le bureau du CND est dans l’illégalité », a-t-il indiqué.