ACCUEIL > MONDE > À New York, première rentrée sur le campus le plus cher du monde


À New York, première rentrée sur le campus le plus cher du monde

  24 septembre 2017 à 23h46min 0 Commentaire(s)



Le campus générera autant d’énergie qu’il n’en consommera, grâce à des panneaux solaires et un triple vitrage.

En plein cœur de New York, posé sur l’East River, un campus high-tech à 2 milliards d’euros a ouvert ses portes pour cette rentrée 2017. Le milliardaire Michael Bloomberg est à l’initiative de ce projet titanesque.

C’est une bande de terre plate, coincée entre Manhattan et le Queens, au cœur de la ville de New York . On y accède par un vieux pont levant en fonte rouge, le Roosevelt Island Bridge. Sur l’îlot, quelques villas, un terrain de football, un pré pour les poneys, une église et un gigantesque campus, ultraconnecté, qui ouvre cette année et accueillera jusqu’à 2000 étudiants, professeurs et personnels administratifs. À deux milliards d’euros et après sept ans de travaux, cet édifice impressionnant servira d’hôte à des masters en nouvelles technologies de l’université de Cornell, l’une des plus prestigieuses du pays.

L’un des objectifs du campus est de former des jeunes au contact des entreprises phares du secteur, comme Google ou Facebook, qui vont y délocaliser une partie de leur activité. Les jeunes seront aussi poussés à entreprendre avec un incubateur dans les locaux pour encourager la création de startups. D’apres BFMTV, un bureau de l’US commerce département sera également intégré aux campus pour permettre aux entrepreneurs de déposer leurs brevets sans bouger de leur île.

L’endroit est un immense campus tech de 200.000 mètres carrés qui se veut autosuffisant. L’énergie produite par les panneaux solaires, les cellules photovoltaïques et la présence d’un triple vitrage très isolant permettront en effet de créer autant d’énergie que le lieu en consommera. Les élèves n’auront pas non plus besoin de sortir du campus pour profiter des nombreux espaces verts ou des magasins présents sur le campus.
Objectif : 600 créations d’entreprises

À l’origine de cette idée, le milliardaire et ancien maire de New York Michael Bloomberg souhaitait associer directement la formation et l’industrie high-tech de NYC pour pouvoir créer un véritable « hub » au cœur de la « Big apple ».

À ce moment-là en effet, la ville était trop tributaire de son secteur bancaire - pourtant en crise après 2008- et Bloomberg souhaitait donc y développer d’autres activités. D’après la tribune, le milliardaire a donc lancé dès 2010 un concours aux universités du monde entier pour penser le campus de demain. Et c’est l’université Cornell, l’une des huit plus grosse de la côte nord-est américaine, en partenariat avec Technion, l’institut de technologie d’Israël, qui a décroché le gros lot.

Les investissements du milliardaire, de quelques philanthropes et de la ville de New York (qui a offert les lieux, plus 100 millions d’euros) ont donc permis la construction de ce campus du futur. Si les sommes sont colossales et le projet démesuré, c’est que les ambitions le sont aussi : générer 23 millions de chiffre d’affaires annuels, créer 600 sociétés et environ 30.000 emplois sur les trente prochaines années. Cette petite bande de terre au milieu de l’East River, autrefois utilisée comme hôpital psychiatrique, risque bien de devenir le nouveau centre névralgique de la high-tech à la New-Yorkaise.