ACCUEIL > POLITIQUE > Acharnement de Bruno Ben Moubamba contre Paul Mapessi : Mettre au jour des faits cachés


Acharnement de Bruno Ben Moubamba contre Paul Mapessi : Mettre au jour des faits cachés

  9 mai 2017 à 00h09min 0 Commentaire(s)


En même temps que l’opinion, les autorités du pays, en tête desquelles le président de la République, Ali Bongo Ondimba et le premier Ministre, Emmanuel Issozé Ngondet doivent être informées de la situation qui prévaut actuellement à la société nationale des logements sociaux (SNLS) où d’ aucuns pensent que le vice – premier Ministre, ministre de l’Urbanisme, de l’habitat sociale et du logement qui, sous le couvert de l’opération ‘‘ Mamba’’ veut régler des comptes à ses collaborateurs parmi lesquelles, Paul Mapessi, directeur général de cette entreprise qui a été régulièrement nommé par conseil des ministres respectivement en avril et septembre 2013.

En s’intéressant de plus près sur cette affaire où les raisons sont bien évidemment à rechercher ailleurs, notre rédaction qui n’est pas restée silencieuse a voulu se saisir de cette affaire pour interpeller l’opinion sur cette affaire, Enquête.

Déjà, il est inconcevable que Bruno Ben Moubamba, en sa qualité de Ministre de la République se permette de tenir des propos discourtois et tendancieux en vue de nuire à l’honorabilité d’un citoyen.
Nous avons mené notre propre enquête auprès de services compétents. Il ressort ce qui suit.

Sur les enquêtes dans le secteur habitat
M. Paul Mapessi Directeur Général de la SNLS, a été auditionné une dizaine de fois au moins au cours des trois derniers mois, déférant ainsi aux convocations des services de l’Etat en charge de cette enquête consécutivement aux multiples plaintes déposées par le ministre en charge du logement. La dernière plainte aura été déposée le 14 février 2017, c’est-à-dire le lendemain du seul entretien qu’il avait bien voulu lui accorder depuis son arrivée à ce poste.

Tous les actes de gestion ont été examinés et les pièces justificatives y relatives auraient été communiquées aux enquêteurs..

En effet, l’opinion publique se rappelle que, dès sa prise de fonction , le VPM s’est lancé dans une vaste campagne de communication dans le but de convaincre les autorités de sa capacité à identifier les freins au développement du secteur habitat.Ainsi, il a demandé à la Cour des Comptes d’ouvrir une mission d’audit auprès de la SNLS. Celle-ci a déjà communiqué les premières informations sollicitées par la juridiction financière.

Pis, le DGA a été installé dans des circonstances abracadabrabtesques
N’est-ce pa là une stratégie pour rendre impossible la manifestation de la vérité, en rendant difficile le principe du contradictoire qui sied à toute mission d’audit ou, plus généralement, faire disparaitre tous les documents de travail afin de faire accepter définitivement la rumeur selon laquelle aucune maison n’a été construite depuis avril 2013 ? Se demande t’on à la SNLS,

Il convient de souligner que, en tant que société anonyme, les comptes annuels de 2013, 2014 et 2015 sont certifiés par son Commissaire aux comptes, le Cabinet Deloite, un cabinet de renommée internationale.

Sur la suspension du Directeur Général de la SNLS 
Selon les informations mises à notre disposition, la décision de suspension a été prise par une note signée du VPM et non par le premier Ministre comme le prévoient les articles 130 et suivants de la loi numéro 8/91 du 26 septembre 2011 portant statut général des fonctionnaires et le Conseil d’administration suivant les articles pertinentes de l’Acte Uniforme OHADA.

Ce qui a conduit le Directeur Général de la SNLS a saisir le Cabinet de l’Autorité de nomination (en conseil des ministres) et le premier Ministre en sa qualité de Chef de l’Administration, après avoir introduit, comme le prévoit la procédure en la matière, une demande de retrait de cette suspension de fonction auprès du VPM..

L’aspect politique pouvant justifier l’acharnement du vice – premier Ministre, Bruno Ben Moubamba qui serait de Ndendé comme Paul Mapessi, en concurrence politique avec nombre de cadres du département de la Dola qui ne pensent ou ne veulent penser comme lui est révélateur à plus d’un titre. Le Directeur Général de la SNLS est donc le « bouc émissaire » parfait, sinon la proie rêvée pour régler les comptes à ceux – là. Surtout qu’il a le malheur d’être au mauvais endroit.

Nous pensons aussi que M. Paul Mapessi dont le passage au ministère du budget ne souffre d’aucune contestation : plus d’une dizaine d’année d’exemplarité au poste de Directeur Central Administratif et Financier (DCAF) sans aucune tâche d’huile serait, en réalité une victime collatérale de la stratégie ‘‘ d’humiliation’’ de certains cadres plus en vue dans ledit département que Bruno Ben Moubamba a du mal à atteindre.

Aussi, y a-t-il dans cette attitude une volonté de Bruno Ben Moubamba de réduire au silence les cadres ressortissants du département de la Dola susceptibles de gêner son leadership ? Pour lui, sans le dire clairement, l’objectif serait peut être de revenir régner en maître absolu, après avoir fait disparaître ceux qui ont toujours soutenu le président de la République dans la Dola depuis 2009 ? La preuve, il aurait prévu ci ce n’est déjà fait de rencontrer la jeunesse de la Dola, en particulier les sans emplois en vue de les « miroiter » : Une stratégie de la terre brûlée peut-on dire.

Sachant que le « retour sur terre de ses ancêtres (Moabi » s’avère politiquement « périlleuse » voir chaotique, le vice premier Ministre (VPM) utilise sa fonction officielle pour nuire au maximum à l’honorabilité des filles et fils de la Dola, ce département qu’il a utilisé comme rampe de lancement pour être propulsé au rang de 2ème personnalité du gouvernement et 3ème personnalité de l’exécutif. Les prochaines élections législatives sont naturellement dans sa ligne de mire…

Voilà comment l’opération Mamba, une décision présidentielle d’assainir les mœurs dans la gouvernance publique, peut être détournée de son objectif initial, pour régler les comptes aux adversaires politiques.

Aussi, les plus hautes autorités du pays sont-elles interpellées afin de prévenir tout dérapage.

Source GI