ACCUEIL > POLITIQUE > Africités 2018 : Rose Christiane Ossouka Raponda portée à la tête de « Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLUA) »


Africités 2018 : Rose Christiane Ossouka Raponda portée à la tête de « Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLUA) »

  27 novembre 2018 à 21h26min 0 Commentaire(s)


Du 20 au 24 novembre 2018, s’est tenu, à Marrakeck, au Maroc, le 8ème Salon international des villes et des collectivités territoriales d’Afrique « Africités 2018 ». Au terme dudit rendez-vous ayant pour thématique : “La transition vers des villes et des territoires durables : le rôle des collectivités territoriales d’Afrique”, Rose Christiane Ossouka Raponda, le Maire de Libreville, a été portée à la présidence de « Cités et Gouvernement Locaux Unis d’Afrique (CGLUA) ».

La mairesse de la ville de Libreville, Rose Christiane Ossouka Raponda, a été portée, vendredi dernier à Marrakech, au Maroc, à la tête de Cités et Gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLUA). L’élection, qui s’est déroulée au cours de l’assemblée générale de l’organisation, en marge du sommet Africités 2018, a fait de l’édile de la ville de Libreville la première femme élue à la tête de cette organisation.

Au cours de ce rendez-vous qui a vu la participation d’environ 5.000 participants, acteurs de la vie locale en Afrique et partenaires issus d’autres régions du monde, il était question de penser et mûrir les réflexions autour du thème central : « La transition vers des villes et des territoires durables : le rôle des collectivités territoriales d’Afrique ». Le but étant de donner un nouvel élan au développement et à l’intégration du continent.
Le 8ème salon, auquel prenait part la délégation gabonaise, a répondu aux préoccupations légitimes des populations du continent face aux implications des diverses transitions démographique et écologique, politique et démocratique, économique et sociale, culturelle et communicationnelle.

Elle s’est exprimée lors de la cérémonie de clôture, en qualité de Présidente de CGLU, non sans pour autant se féliciter de ce que l’Afrique locale soit mobilisée pour la campagne : « Pour des villes africaines sans enfants en situation de rue », dont le lancement officiel a été donné par la Princesse Lalla Meryem, présidente de l’Observatoire national des Droits de l’Enfant (ONDE).

La nécessité de rendre effective le processus de décentralisation, qui semble en panne dans de nombreux pays africains, a été évoquée par l’édile de Libreville dans son discours. La consolidation du partenariat international, afin d’accompagner la transformation et le développement durable des villes et territoires africains n’était en reste. « C’est parce que l’Afrique est bien l’avenir du monde que CGLU-Afrique doit poursuivre sa mission de plaidoyer, de conscientisation et de mobilisation », a-t-elle dit.

Dans son discours, la nouvelle patronne de CGLUA a félicité son prédécesseur, M. Khalifa Sall pour le travail abattu à la tête de CGLU Afrique durant ces 6 dernière années. « Il s’est investi pour le rayonnement de notre organisation et mérite notre considération », a déclaré le Maire de Libreville. Avant d’inviter ses collègues à continuer d’agir ensemble et à être au service des communautés.

L’ensemble des participants, œuvrent pour atteindre les objectifs assignés aux sommets Africités qui traitent des questions fondamentales posées par la Vision 2063 de l’Afrique et participent au débat ouvert par la Commission de l’Union africaine pour sa mise en œuvre. 

Lancé en 1998, à Abidjan en Côte d’Ivoire, le sommet Africités, qui se tient tous les trois ans, a pris une envergure considérable pour devenir l’un des plus grands rassemblements démocratiques du continent.

Gabontribune/ Joel Tatou