ACCUEIL > POLITIQUE > Appel à la réconciliation nationale d’un groupement des partis politiques et associations d’opposition ayant soutenu Jean Ping


Appel à la réconciliation nationale d’un groupement des partis politiques et associations d’opposition ayant soutenu Jean Ping

  2 janvier 2018 à 22h27min 0 Commentaire(s)


Un groupe des leaders des partis politiques et associations qui ont soutenu la candidature de Jean Ping à l’élection présidentielle de 2016, a appelé samedi à la réconciliation nationale avec le pouvoir et entre gabonais.

Sous la conduite du président de l’Union pour la nouvelle république (UPNR), maître Louis Gaston Mayila, ces leaders disent avoir choisi cette option pour privilégier l’intérêt supérieur de la Nation.

"Les acteurs politiques, les associations des jeunes et des femmes et les forces vives de la Nation soucieux du devenir du pays, épris de paix et de justice, afin de préserver le peuple gabonais de tout dommage, appellent à la réconciliation nationale. La réconciliation nationale, pour privilégier le Gabon, Gabon d’abord en rejetant et en reléguant au second plan tout ce qui peut continuer à diviser", a déclaré le président de l’Union des patriotes loyalistes, David Mbadinga.

Outre l’intérêt supérieur de la Nation, ils ont également donné d’autres motivations.
"Se réconcilier ne signifie pas qu’on doit tout oublier, qu’on doit ignorer les morts du 31 août 2016, nos martyrs qui ont versé leur sang, qui ont payé leur vie en ayant cru à l’alternance. La réconciliation nationale pour faire éclater la vérité sur ces malheureux évènements, sur l’établissement des responsabilités.

La réconciliation nationale que le dialogue d’Angondjé n’a malheureusement pas réussi à créer, doit permettre d’étudier les moyens dont la Nation compatissant doit poser la main sur les épaules des familles éplorées et d’exprimer sous forme solennelle, la reconnaissance de la patrie à ces martyrs pour que plus que jamais de telles atrocités ne surviennent et que les gabonaises et les gabonais revivent ensemble dans la concorde et la félicité. La réconciliation n’est synonyme ni de faiblesse, ni de lâcheté, ni d’adhésion à un camp", a-t-il dit.

"Les patriotes gabonais que nous sommes tous, n’avons pas de pays de rechange, et sommes condamnés à vivre ensemble et à partager notre destin commun, pronons la réconciliation nationale pour préserver l’avenir de notre jeunesse. Elevons-nous au- dessus des considérations et des égoïsmes partisans ; sauvons notre patrie, la patrie gabonaise, à l’instar de Mandela qui, malgré les souffrances endurées et les humiliations subies, a su réconcilier les sud-africains et leur a évité le chaos", a-t-il poursuivi.

Ils ont saisi l’ occasion de "lancer un appel aux tenants du pouvoir et plus particulièrement au président de la République pour qu’il crée les conditions d’une véritable réconciliation nationale entre les filles et les fils du Gabon" avant de conclure que "la réconciliation nationale doit être notre force pour léguer aux générations futures, un pays de paix et de justice".

La sortie de ce groupe de leaders des partis politiques et associations, soutiens de Jean Ping, intervient après celle de l’autre soutien, Casimir Oyé Mba qui a appelé dernièrement au dialogue avec Ali Bongo Ondimba.