ACCUEIL > SPORTS > Après la défaite face au Mali (0-1), les Panthères du Gabon devront aller chercher la qualification au Burundi en mars 2019


Après la défaite face au Mali (0-1), les Panthères du Gabon devront aller chercher la qualification au Burundi en mars 2019

  18 novembre 2018 à 17h00min 0 Commentaire(s)


C’est une équipe des Panthères du Gabon amoindrie qui se présentait face aux Aigles du Mali. Sans surprise, les hommes de Daniel Cousin n’ont pas eu les arguments pour prendre les trois points à Libreville. Cette défaite (0- 1), oblige le Gabon à battre les Hirondelles du Burundi, 2e de la poule C avec 9 points au compteur.
Les Panthères ont courbé l’échine ce samedi 17 novembre 2018 devant leur public venu pour les soutenir dans ce duel face aux Aigles venus de Bamako. Comme lors de la Can-2012, ce sont les maliens qui sont sortis victorieux de ce face-à-face. 

Face à une équipe malienne très technique, composée des jeunes joueurs dont la moyenne d’âge est de 24 ans, Daniel Cousin opte pour le 4-3-3 classique avec Didier Ovono Ebang dans la cage, Bruno Ecuélé Manga et Aaron Appinangoye. Ce duo défensif axial était accompagné par Franck Engongah et Wilfried Ebane Abessolo. 
Au milieu de terrain, André Biyogo Poko était positionné en sentinelle, la récupération et l’animation était confiées à Clech Loufilou Ndella et Guélor Kanga. Tandis que, Denis Bouanga, Gaëtan Messi Mezu et Axel Meye Me Ndong, avaient pour mission de perforer le bloc défensif malien et battre Samassa Mamadou. 

Malheureusement, certains hommes choisis par le sélectionneur national, n’ont pas été à la hauteur des attentes. L’équipe gabonaise, qui avait pourtant bien débuté en mettant le pied sur le ballon, a été refroidie par les Aigles maliens très offensifs et avec un milieu de terrain sans âme et étouffé par l’animation malienne au cœur de jeu. 
Le résultat du compte, le stade de l’Amitié a été refroidie par le but de Moussa Doumbia (0- 1 ; 11e minute), les supporteurs maliens exultent. Sur le banc de touche, Daniel Cousin voit l’équation malienne se compliquer et s’essuie le visage avec son maillot avant de croiser les mains aux hanches. 

Ce but des hommes de Mohamed Magoussaba sème la révolte des Panthères qui décident finalement de presser et de mettre le pied sur le ballon à l’image de ce coup franc de Denis Bouanga vomi par le portier malien (23e), puis la talonnade d’Axel Meye (40e). 
De retour des vestiaires, André Biyogo Poko (très généreux durant tout le match), et les siens sont passés à côté de l’égalisation. Axel Meye Me Ndong, qui pèse dans la défense malienne, reçoit une passe à mi-hauteur de Bouanga dans la surface de réparation, l’attaquant ajuste mal sa tête qui sera captée aisément par Samassa Mamadou. 

Gaëtan Messi Mezui, brouillon en seconde période et pas vraiment fameux lors des premières 45 minutes, cède sa place à Samson Mbigui et Lévy Madinda qui prenait la place de Loufilou Ndella (62e). Ce changement conjugué de Daniel Cousin n’a pas permis aux Panthères de revenir à la marque. Autant pour la rentrée sans succès de Yohan Lengoualama, qui reste, un joueur de seconde zone, idem pour Meye Me Ndong en dépit de sa volonté et ses efforts. 

Avec un Denis Bouanga qui est passé à côté de son match, car esseulé par la défense malienne, l’homme du match côté gabonais est sans aucun doute Didier Ovono Ebang, auteur d’un grand match. Le portier gabonais en manque du temps de jeu dans son club (Paris FC), a évité l’humiliation au Gabon. Décidément dans un grand jour, Ovono Ebang a arrêté quatre balles dangereuses. À l’exemple de ce face-à-face remporté magistralement aux arrêts de jeu face à un attaquant malien. 
La vista du dernier rempart gabonais lui a value des ovations du public au moment où il regagnait les vestiaires. Sacrée Ovono Ebang !