ACCUEIL > MONDE > Après le Brexit, la libre circulation des travailleurs et des marchandises prendra fin en 2021


Après le Brexit, la libre circulation des travailleurs et des marchandises prendra fin en 2021

  28 janvier 2020 à 17h03min 0 Commentaire(s)


Le retour des contrôles aux frontières est la conséquence de la sortie du Royaume-Uni du marché intérieur après la période de transition.

Le 31 décembre 2020, à la fin de la période de transition du Brexit, le Royaume-Uni quittera le marché unique européen, onze mois après avoir quitté l’Union. « Nos règles ne seront pas alignées [avec celles de l’UE], nous ne serons pas dans le marché unique et nous ne serons pas dans l’union douanière », a expliqué, le 17 janvier au Financial Times, Sajid Javid, le chancelier de l’Echiquier chargé des finances.

Cette décision est politiquement logique : à quoi bon sortir de l’UE, vendredi 31 janvier, si c’est pour continuer à en suivre les règles à terme ? Mais économiquement, cela change tout. Cela signifie que, même en cas d’accord de libre-échange entre Londres et Bruxelles – alors que les négociations s’annoncent compliquées dans les prochains mois –, il y aura des vérifications aux frontières pour les marchandises britanniques exportées vers les Vingt-Sept (et inversement). Les contrôles s’effectueront dès la fin de la période de transition, c’est-à-dire à partir du 1er janvier 2021. Cette date peut théoriquement être repoussée mais Boris Johnson, le premier ministre, a exclu de le faire.

Comme avec la Suisse – qui est dans le marché unique mais pas dans l’union douanière – les vérifications physiques des camions seront peu nombreuses : sans doute autour de 3 à 4 % des véhicules. En revanche, chaque poids lourd ou conteneur devra avoir rempli les formalités nécessaires : déclaration d’exportation côté britannique, déclaration d’importation côté européen, déclaration des « règles d’origine » aussi. Ces dernières sont assez compliquées et coûteuses à mettre en œuvre. Elles permettent de vérifier si une marchandise peut officiellement être qualifiée de « britannique » (afin d’éviter, par exemple, qu’une voiture fabriquée aux Etats-Unis à laquelle on ajouterait juste les rétroviseurs au Royaume-Uni soit assimilée au « made in Britain ».)