ACCUEIL > SPORTS > Assemblée élective de la Fégakick


Assemblée élective de la Fégakick

  28 janvier 2017 à 15h16min 0 Commentaire(s)


Encore un report

Le programme pour la tenue de l’assemblée élective de la fédération de kickboxing nécessite quelques réajustements. Et si le président sortant, Eric Ella a cru bon de revenir sur les remous à l’origine de ce report, il en demeure pas moins un problème organisationnel entre les représentants du ministère de la jeunesse et des sports et ceux du comité olympique.

Il en est des collaborations comme des vieux couples. Les récriminations sont fréquentes. Les mises au point à chaque fois. Mais on revient toujours à l’essentiel. La réciprocité des relations et la qualité d’un rapport basé sur le respect des règles en vigueur. Cette assemblée élective prévue le samedi dernier, ne manquait pas d’organisation. Le programme était ficelé, les délégués tous présents et la sécurité assurée. La date avait bien sure été validée par le comité olympique. Tout était presque bien parti.

Sauf que cette fois, l’erreur venait du côté des autorités administrative du sport. Qualifié d’un "petit malentendu par Eric Ella. Et d’affirmer bien clairement, sa confiance et son assurance quant à la date qu’ils fixeront d’avec la tutelle pour l’organisation prochaine de ladite assemblée. Autre sujet abordé, le premier report. Sur ce point, Eric Ella s’est voulu pédagogue " Il y’a un certain, soit disant candidat qui ne respecte ni les règlements , ni les statuts et son club n’est même pas affilié à la fédération. Il est juste un perturbateur, cherchant à dévaloriser notre fédération, en faisant du désordre. Mais, j’ai pleinement confiance aux autorités de tutelle. Et je crois que la loi viendra le remettre à l’ordre" a confié Eric Ella.

Pour l’heure, ce combattant est plus que jamais motivé à rester dans la course pour la tête de la fégakick. Tant que ses adhérents lui semblent acquis, il pense être bien placé pour remporter cette élection. Mais il ne faudrait pas qu’il oublie que toute organisation est régie par un règlement et un statut et qu’il devrait s’y accorder. Sous peine de voir sa candidature non recevable. Confusion ou diversion, la repentance n’est pas un péché. Il faudrait donc que chacun des candidats, lors de l’assemblée élective s’arriment au règlement et au statut de la fédération. La loi est dure, mais c’est la loi.

Nathan Moore / Gabon Tribune