ACCUEIL > ENVIRONNEMENT > Atelier de mise en place du Comité national sur les zones humides


Atelier de mise en place du Comité national sur les zones humides

  25 janvier 2016 à 23h11min 0 Commentaire(s)


Rendre opérationnel le Comité national

LA salle de réunion de la direction générale de l’Environnement a servi de cadre vendredi dernier à la mise en place du Comité national de gestion des zones humides. Le correspondant national, conseiller du ministre de la Protection de l’environnement et des Ressources naturelles, de la Forêt et de la Mer, Faustin Ondamba Ombanda, s’est réjoui que le Gabon se dote d’une plate-forme de discussion pour apporter les outils d’aide à la décision sur les zones humides, au gouvernement et aux partenaires du développement.

De ce fait, la Convention sur les zones humides sert de support à bon nombre d’activités humaines comme la pêche, l’agriculture, les loisirs, les transports. Cette convention prône une gestion durable des écosystèmes humides, basée sur un arsenal réglementaire.

Quant au conseiller principal pour l’Afrique au secrétariat de Ramsar en Suisse, Paul Ouédrago, par ailleurs l’un des animateurs de cet atelier, il a présenté les outils et les orientations que les membres du Comité national doivent maîtriser pour asseoir une feuille de route destinée à la gestion des zones humides du Gabon.

Il a, par ailleurs, expliqué que la Convention œuvre à l’utilisation rationnelle de toutes les zones humides dans le cadre de plans nationaux, de politique et de lois, de mesures de gestion et d’éducation du public. Sans oublier l’inscription des zones humides appropriées sur les registres internationaux, en passant par la coopération au niveau international pour les zones humides transfrontalières, les systèmes de zones humides partagées, les espèces protégées et les projets de développement qui pourraient affecter ces milieux.

A noter que le Gabon compte neuf sites Ramsar : Pongara, Akanda, Wonga-Wongué, Petit Loango, Sette Cama, Birougou, le Bas-Ogooué, les chutes de l’Ivindo et les rapides de Boungou Badouma-Doumé.