ACCUEIL > ECONOMIE > Autonomisation économique des femmes : Le coup de pouce de la Banque mondiale


Autonomisation économique des femmes : Le coup de pouce de la Banque mondiale

  11 février 2020 à 11h09min 0 Commentaire(s)


Sous le haut patronage de Sylvia Bongo Ondimba, première dame du Gabon, l’institution de Bretton Woods organise les 30 et 31 janvier 2020 à Libreville une conférence régionale de lancement d’un rapport sur les droits des femmes.

A l’initiative de la Banque mondiale, plusieurs dirigeants et décideurs politiques de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale sont réunis les 30 et 31 janvier 2020 à Libreville au Gabon dans le cadre de la Conférence régionale de lancement d’un rapport intitulé : « Les Femmes, l’Entreprise et le Droit 2020 ». Placée sous le haut patronage de la première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, reconnue pour son combat en faveur de l’autonomisation et de l’émancipation de la femme, cette conférence a pour but de débattre sur l’importance et l’impact des lois discriminatoires qui entravent la participation économique des femmes, et faciliter le partage d’expériences en matière de réformes juridiques favorisant l’autonomisation économique des femmes dans les pays de la région.

Cet événement a aussi pour but d’engager des dialogues sur le processus de conception et de mise en œuvre de réformes législatives et de politiques visant à promouvoir l’égalité hommes-femmes et la pleine et égale participation des femmes à l’économie.
Ali Bongo Ondimba : l’égalité des chances au cœur des priorités
Au Gabon, sous l’impulsion du président Ali Bongo Ondimba, l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes font partie des priorités. A la différence des autres pays africains, le Gabon s’est engagé à améliorer la condition de la femme dans la société.

Le chef de l’Etat a ainsi lancé entre 2015 – 2025, la Décennie de la femme gabonaise et promeut l’égalité des chances à travers le lancement du programme « Egalité des chances » le 23 février 2016 qui vise une société plus juste et plus harmonieuse. L’autonomisation des femmes y figure pour s’assurer que, enfin, les femmes gabonaises bénéficient des mêmes opportunités que les hommes pour développer leur potentiel et prendre le contrôle de leur vie.

Le gouvernement chargé de mettre en œuvre cette vision du chef de l’Etat se déploie à travers une série d’initiatives dans tous les secteurs de la vie en société. Ainsi, en matière de santé, l’on note avec satisfaction l’extension progressive de la CNAMGS faisant du Gabon l’un des seuls pays africains à avoir mis en place une couverture maladie universelle.

Dans le domaine de l’éducation, le Gabon a l’un des taux de scolarisation les plus élevés de la sous-région (plus de 90%). Le Gabon est également l’un des rares pays à avoir atteint la parité de l’accès à l’école.

Dans le secteur économique, le gouvernement a lancé des initiatives pour favoriser l’accès des femmes aux sources de financement. Tandis qu’en matière politique, l’adoption de la Loi N° 001/2018 du 12 janvier 2018, portant révision de la Constitution en République gabonaise qui, en son article 2 paragraphe 24 nouveau, consacre l’accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux responsabilités politiques et professionnelles.

Sylvia Bongo Ondimba : l’inlassable avocate de la cause féminine
La première dame du Gabon qui n’est pas en marge de la voie tracée par son illustre époux, apporte également une touche particulière dans ce noble combat. A travers sa Fondation, Sylvia Bongo Ondimba soutient des initiatives qui contribuent à rendre la société gabonaise plus solidaire et égalitaire.

Elle a ainsi mis en place le Programme « Agir contre le cancer » pour réduire l’incidence et la mortalité des cancers féminins (Octobre rose, La Gabonaise, les caravanes de dépistage, Maison d’Alice, équipes mobiles de soins palliatifs). Le Programme « Tous unis pour la santé de la Mère et de l’Enfant » est un plaidoyer pour l’amélioration de l’accès aux soins de qualité pendant la grossesse et l’accouchement afin de réduire le taux de mortalité maternelle.

La campagne de sensibilisation « Femmes contre le SIDA » a été initiée pour réduire l’incidence du VIH/SIDA au Gabon qui continue à affecter plus les jeunes filles que les jeunes hommes, en raison notamment des relations sexuelles intergénérationnelles. Les veuves ne sont pas en reste.

Solidarité veuves est un véritable plaidoyer international de Sylvia Bongo Ondimba qui a conduit l’ONU à décréter le 23 juin la « Journée internationale des veuves ». L’ouverture du Centre Mbandja permet d’organiser des caravanes de sensibilisation en partenariat avec le ministère des Affaires sociales et a permis d’organiser une conférence-débat sur la situation des veuves au Gabon le 20 juin 2018.

Dans la lutte contre les violences faites aux femmes, le Projet phare de la Fondation pour l’année 2019, la Marche citoyenne avec dépôt d’un plaidoyer à l’Assemblée nationale, le Prix Agathe Okoumba et le Prix Coup 2 Coeur témoignent à suffisance son grand déploiement.

Pour ce qui est de l’éducation, l’autonomisation des femmes passe obligatoirement par l’éducation. A travers diverses initiatives, la Première dame du Gabon encourage la formation des jeunes filles gabonaises. Elle a aussi créé la Bourse Ozavino pour permettre aux meilleurs étudiants de poursuivre leurs études supérieures dans les meilleures universités au monde.

Au Gabon, l’autonomisation économique des femmes passe aussi par un renforcement des capacités des femmes qui est l’une des priorités de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille. Dans cet ordre d’idées, l’on peut citer le Projet de Microcrédit Akassi. Lancé en décembre 2010, il est réservé aux femmes et groupements de femmes pour les accompagner dans la création ou le développement d’activités à caractère agricole, artisanal ou commercial.

Ajouté à cela le développement des filières. La Fondation s’appuie depuis 2010 sur l’incroyable potentiel de la forêt gabonaise et des produits forestiers non ligneux pour générer de nouvelles sources de revenus pour les populations des zones rurales. La FSBO a notamment soutenu des productrices de l’huile de Moabi.
C’est certainement grâce à ce déploiement tous azimuts du couple présidentiel que le Gabon a été choisi par la Banque mondiale pour abriter cette rencontre. Le pays d’Ali Bongo Ondimba s’affirmant chaque jour comme un véritable modèle à suivre en matière d’autonomisation économique des femmes.