ACCUEIL > ECONOMIE > Bientôt les 600 employés de Satram-EGCA au chômage ?


Bientôt les 600 employés de Satram-EGCA au chômage ?

  15 juin 2017 à 23h44min 0 Commentaire(s)


C’est la principale préoccupation actuelle des employés de la société de logistique pétrolière, confrontée depuis plusieurs mois à d’importantes difficultés financières.
Virés ? Pas virés ? Les semaines qui viennent seront déterminantes pour les employés de Satram-EGCA.

Ceux-ci devraient vite connaître leur sort au sein de l’entreprise de logistique pétrolière. « Face à son incapacité à assurer régulièrement le paiement de ses employés, (la société Satram-EGCA) s’apprête à mettre fin à la carrière professionnelle de près de 600 salariés », croit savoir, mercredi 14 juin, le site Directinfosgabon.com, qui cite « plusieurs sources internes à l’entreprise ».

La cause de ce probable licenciement de masse, dont on rapporte qu’il « devrait être précédée par l’envoi de ces agents en congés techniques », est à chercher dans les tensions de trésorerie, auxquelles est confrontée la filiale gabonaise du groupe marocain Satram marine depuis plusieurs mois.

C’est, en effet, à partir de janvier 2017 que Satram-EGCA a véritablement commencé à éprouver des difficultés à honorer le paiement des salaires de ses employés. Ce qui avait eu pour conséquence un premier mouvement de grève des employés qui, en mars 2017, réclamaient déjà le paiement de trois mois d’arriérés de salaire.

Si la crise de l’industrie pétrolière mondiale avait été évoquée par les patrons, les employés avaient eu du mal accepter cette raison, se basant sur le fait que leur entreprise vendait ses services aux plus grosses sociétés pétrolières installées au Gabon, à l’instar de Shell, Total, Perenco, Vaalco energy, Transocean, CGG Veritas et Addax Petroleum. Seulement, pour ajouter à ses difficultés financières, depuis 2014, Addax Petroleum avait brutalement rompu son contrat, ce qui lui a valu de payer des réparations à Satram-EGCA évaluées à 19 milliards de francs CFA.

Problème, ces milliards de francs, rapporte Directinfosgabon.com, « n’auraient pas servi au paiement des salaires, des factures des fournisseurs, de la CNSS et de la CNAMGS, mais plutôt à un « partage du butin » entre le promoteur de Satram Ghislane Nkoulou Khalid et certains directeurs de la société ». Conséquence, l’entreprise de logistique pétrolière est toujours dans la tourmente.

Le plan de licenciement qui s’annonce est pourtant loin d’être une nouveauté au sein de l’entreprise. Avec environ 3 000 employés à Port-Gentil à ses débuts, Satram-EGCA s’est débarrassé, au début de la crise, de près d’un millier de salariés. Étaient concernés, 212 prestataires et expatriés. Le plan de départ volontaire, initié après l’échec du plan de licenciement économique ayant rencontré une opposition farouche des syndicats, n’a permis de libérer qu’une soixantaine de salariés.

Si l’entreprise compte environ 1 500 employés aujourd’hui, elle devra passer par « un plan de départs négociés avec les travailleurs ». C’est du moins ce qu’ont exigé les délégués du personnel et les représentants syndicaux, au cours de leur réunion du 25 mai 2017 avec la direction générale.