ACCUEIL > POLITIQUE > CAHOSCC : Julien Nkoghé Békalé mandaté pour présenter le bilan des activités 


CAHOSCC : Julien Nkoghé Békalé mandaté pour présenter le bilan des activités 

  22 février 2019 à 20h21min 0 Commentaire(s)


En sa qualité de Coordonnateur du Comité des Chefs d’Etat et de Gouvernement Africains sur les Changements Climatiques (CAHOSCC), le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, a mandaté lundi son Premier ministre, Julien Nkoghé Békalé, à conduire à Addis Abeba en marge du 32ème sommet de l’Union africaine, la dernière réunion du CAHOSCC dans le cadre du mandat du Gabon. Une réunion au cours de laquelle, il a présenté le bilan d’activités.

À l’occasion de la réunion du bureau du CAHOSCC, présidée par le Gabon et en présence de nombreux pays dont l’Egypte qui assure désormais la présidence de l’Union Africaine (UA), le Congo, le Mali et les Seychelles, le Premier ministre gabonais a décliné les trois axes qui constituent le bilan d’activités. Il s’agit notamment du renforcement des initiatives africaines pour lutter contre les changements climatiques, la mobilisation des ressources internationales pour soutenir l’ambition africaine et enfin l’harmonisation de la vision dans ce domaine.

« Le président Ali Bongo Ondimba s’est engagé pendant ce mandat à intégrer le climat dans les politiques de développement telles que déclinées dans l’agenda 2063 de ‘’l’Afrique que nous voulons’’(…) Nous pouvons nous réjouir grâce au CAHOSCC d’avoir atteint trois principaux résultats. Il s’agit d’une meilleure mobilisation des fonds, d’une véritable impulsion diplomatique et de l’unité du discours africain », a-t-il dit.
Julien Nkoghé Békalé est revenu sur la nécessité de « l’adaptation », un mécanisme de renforcement des capacités des pays africains à résister aux changements climatiques.

« J’attire votre attention particulière sur l’adaptation. L’adaptation est le renforcement des capacités de nos pays à résister aux changements climatiques. Cela doit demeurer notre priorité car nous ne sommes responsables que de 4% des émissions mondiales et pourtant nous sommes plus durement touchés. C’est pourquoi un accent particulier a été mis sur l’Initiative d’adaptation pour l’Afrique », a-t-il déclaré.
Ajoutant que « le président Ali Bongo Ondimba y a apporté, au nom du Gabon, la première contribution d’un pays africain d’un montant de 500.000 USD. Un partenariat avec le PNUD a été officialisé ici même l’année dernière ».

A son arrivée à la tête dudit comité, le chef de l’État gabonais a dénombré plus de trente initiatives et projets africains. Dans l’optique d’assurer une meilleure lisibilité de l’action africaine, il a décidé de retenir uniquement cinq actions prioritaires au sein de l’Union africaine notamment, l’Initiative sur les énergies renouvelables (AREI), l’Initiative d’adaptation pour l’Afrique (IAA) (dont il en est devenu le Champion suite à sa désignation par la Conférence des ministres africains de l’environnement en 2017), la Commission du Sahel et la Commission du Bassin du Congo au sein desquelles le Gabon est particulièrement actif sur le plan technique notamment, la Commission des Etats insulaires.

A tête la du CAHAOCC depuis deux ans, le mandat du Gabon est prévu pour s’achever en fin d’année 2019.