ACCUEIL > ECONOMIE > CGC : « Une entité viable » selon l’Oprag 


CGC : « Une entité viable » selon l’Oprag 

  6 juillet 2020 à 21h07min 0 Commentaire(s)


L’Office des ports et rades (Oprag) espère des lendemains meilleurs pour le Conseil Gabonais des chargeurs (CGC), dont il assure la gestion depuis un an et demi. « C’est une entité viable et il suffit de le prouver en lui rendant son autonomie financière », a annoncé le directeur général de l’Oprag, le 15 juin à Owendo.

 
Géré par l’Office des ports et rades (Oprag) depuis février 2019, le Conseil gabonais des chargeurs (CGC) retrouve peu à peu des couleurs. C’est en tout cas ce qu’affirme le directeur général de l’Oprag. « Nous avions comme objectif de rendre le CGC financièrement autonome, mettre en en place une gestion par objectif, ainsi que rationaliser la dépense. C’est une société viable. Tous les pays d’Afrique noire dispose d’un Conseil des chargeurs, pourquoi ce ne serait pas le cas au Gabon, un pays avec un littoral de 800 km. D’autant que cette entité s’occupe de l’encadrement du trafic et des conseils aux chargeurs », a confié Appolinaire Alassa, le 15 juin à Owendo.

En vue de rationaliser le budget de l’État, le gouvernement avait décidé, en février 2019, de « supprimer » le CGC et transférer ses missions, attributions et patrimoine à l’Oprag. Si ce processus a été annulé par la décision n° 015/CC du 24 mars 2020 de la Cour constitutionnelle, le CGC ne figure pas sur la liste des services publics, dont la suppression a été entérinée par le conseil des ministres du 12 juin dernier.

Pour le DG de l’Oprag, cette décision tombe sous le sens car « le CGC est une entité viable et il suffit de le prouver en lui rendant son autonomie financière. Et les autorités nous font confiance, car le CGC ne figure pas dans la liste de suppression de certains organismes publics. Ce qui augure de beaux lendemains pour le CGC. Il suffit juste de mettre l’accent sur le sérieux au niveau de la gestion et la rationalisation de la dépense », a insisté Appolinaire Alassa.

Dans ce sens, l’Oprag a notamment revu certains contrats avec ses partenaires internationaux, les mandataires. « C’est-à-dire que le CGC leur donne mandat de travailler pour lui à l’extérieur dans l’encadrement du trafic. Or, il se trouve que dans le cadre de ces mandats, certains partenaires percevaient des commissions allant jusqu’à 40-50%. Nous avons trouvé cela aberrant et avons remis à plat ces contrats. 98% des mandataires ont accepté que les commissions soient ramenées à 15-20%. Ce qui va se traduire par une plus-value au niveau du CGC », a-t-il affirmé.

Un bel horizon pour le futur dirigeant du CGC, en tenant compte de la décision n° 015/CC du 24 mars 2020. Actuellement, ce service public fonctionne sous l’autorité d’un haut cadre de la maison, désigné par le patron de l’Oprag.