ACCUEIL > AFRIQUE > COP22 : pas si évident de passer à l’action


COP22 : pas si évident de passer à l’action

  20 novembre 2016 à 21h06min 0 Commentaire(s)


Après 12 jours de négociations, la 22e Conférence des Nations unies sur le climat s’est clôturée à Marrakech ce 18 novembre. Présentée comme la « COP de l’action » après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris, la COP22 a abordé les points cruciaux en la matière.

Il y a celui des financements où des avancées ont pu être notées, même si les besoins sont loin d’être comblés ; il y a aussi celui concernant l’agriculture, dont le texte a été reporté à la prochaine Conférence sur le climat en 2017, conférence organisée par les îles Fidji à Bonn, en Allemagne. Au-delà, les États-Unis et son actualité présidentielle ont occupé tous les esprits.

L’ombre de Trump a vraiment plané sur cette COP

S’il y a un sujet qui a secoué cette 22e Conférence des Nations unies sur le changement climatique, c’est bien l’élection du nouveau président américain. « Je suis particulièrement choquée de voir que Donald Trump prend ce sujet avec autant de désinvolture. Je pense particulièrement à tous ceux qui s’engagent depuis tant d’années dans ce combat.

Il s’agit à présent de voir s’il peut y avoir un écart entre un discours de campagne et la réalité des décisions prises dans le cadre des responsabilités qui incombent à cette fonction présidentielle », a déclaré Ségolène Royal au Point Afrique en réaction à la position climatosceptique du remplaçant de Barack Obama.

Durant sa campagne, Donald Trump avait en effet promis d’enterrer l’Accord de Paris conclu le 12 décembre 2015. La ministre française de l’Environnement n’a ainsi pas cessé de marteler tout au long de cette édition que cet accord était irréversible, un point de vue soutenu par le secrétaire d’État américain, John Kerry, et Salaheddine Mezouar,