ACCUEIL > ECONOMIE > Construction à Libreville d’un siège des Assurances africaines


Construction à Libreville d’un siège des Assurances africaines

  19 septembre 2018 à 12h04min 0 Commentaire(s)


En procédant à la pose, vendredi dernier, de la première pierre visant la construction d’un siège de la direction nationale des assurances ainsi que celui d’un Centre international des conférences internationales des assureurs, le Gabon vise à faire de Libreville le cœur vibrant des assurances africaines dans la perspective de la tenue en 2020, de l’assemblée générale de la fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines.

Réalisé avec l’appui de la BGFI Bank et de la compagnie d’assurance Sunu, sur un site d’une superficie de 10 000 m⊃2 ;, le futur siège de la Direction nationale des assurances et du Centre international des conférences des assureurs, est un projet d’envergure, dont l’inauguration est prévue en 2020.

Le futur siège de la DNA est un immeuble de six niveaux, de plus de 20 mètres de haut, étalé sur une surface de 1028,27 m⊃2 ;. Il comprendra 69 bureaux spacieux, un grand auditorium d’une capacité de 299 places, une salle de réunion, deux restaurants gastronomiques et trois grandes salles dédiées aux formations des agents.
Le Centre international des conférences des assureurs dont l’architecture reflèterait l’image d’une soucoupe volante, prévu sur une surface de 1454,76 m⊃2 ;, disposera d’un grand auditorium de plus de 1000 places, avec une immense scène pouvant porter une cinquantaine d’artistes, quatre bureaux, deux grandes salles de réunion, deux loges et une salle de projection.

« Cette construction d’immeuble administratif résulte de la nécessité de la Direction nationale des assurances de disposer d’un espace de travail compatible avec la croissance significative de son volume d’activités et l’extension annoncée de ses représentations dans les neuf chefs-lieux de provinces, en vue de l’élargissement de l’assiette des assurés et du contrôle in-situ de l’effectivité du règlement des sinistres par les acteurs du marché », a déclaré, lors de la pose de la première pierre, le ministre de l’Économie, Jean Marie Ogandaga.