ACCUEIL > SPORTS > Covid-19 : Port du masque et pratique du sport ne font pas bon ménage 


Covid-19 : Port du masque et pratique du sport ne font pas bon ménage 

  3 juin 2020 à 21h55min 0 Commentaire(s)


Avec le retour au confinement partiel, le 27 avril dernier, le gouvernement a autorisé la pratique du sport individuel dans lieux publics, notamment la course à pied et la marche, à condition de porter un masque. Si cette condition vise à protéger contre le terrible Covid-19, les médecins déconseillent fortement le port du masque durant la pratique du sport.

 
La pratique du sport est importante pour la santé et le Premier ministre l’a bien compris. Lors de son discours sur le retour au confinement partiel du Grand Libreville, le 27 avril, Julien Nkoghe Bekale a autorisé la pratique du sport individuel dans les lieux publics, notamment le footing et la marche.

Et le ministre de l’Intérieur de préciser que face à la menace permanente du Covid-19, le port du masque est obligatoire pour la pratique de ces activités sportives. Toutefois, le gouvernement a-t-il seulement consulté les médecins avant de conditionner la pratique du sport par le port du masque ? Cela semble peu probable.

Pour des raisons pratiques, en effet, les médecins déconseillent le port du masque lors des efforts physiques intenses en extérieur. « Quand vous pratiquez un sport, vous avez besoin de respirer, de souffler, de cracher », a affirmé un médecin français du sport. « Avec un masque c’est quasiment impossible », poursuit Bruno Burel relayé par Le Figaro.
 Le masque diminue l’apport d’oxygène

Par sa fonction de filtre, le masque diminue l’apport d’oxygène, nécessaire lors des efforts physiques. En moyenne, un individu en effort modéré respire entre 400 à 500 litres d’air par heure. En cas d’activité physique intense, on en respire cinq à 10 fois plus. Autre problème posé par le port du masque barrière durant l’effort : son humidification. « C’est notre respiration qui provoque le phénomène et cela altère son efficacité (du masque, ndlr) », a indiqué le médecin hygiéniste Pierre Parneix.

Face à ces inconvénients découlant de la pratique du sport avec port du masque, que faire ? Certains joggeurs parviennent à s’accommoder tant bien que mal, avec la gêne que cela implique. D’autres préfèrent simplement faire fi du port du masque. Ce qui donne parfois lieu à des échanges houleux entre les coureurs-marcheurs et éléments des forces de l’ordre ou de défense, affectés dans les postes de contrôles disséminés par endroit dans les rues de Libreville, notamment.

Faut-il alors interdire la pratique du sport en extérieur, ou simplement accorder une dérogation de non port du masque aux joggeurs pendant leurs exercices, dans le strict respect de la mesure de distanciation ? La seconde hypothèse semble peu probable, tandis que la première pourrait provoquer l’ire des adeptes de la course à pieds.

Pour contourner les tracasseries liées au port du masque durant leurs exercices, certains joggeurs portent leur protection uniquement dans des lieux à forte affluence humaine ou devant un poste de contrôle. Un subterfuge loin d’être fiable à 100%, car des patrouilles sillonnent inopinément et discrètement les rues de Libreville, pour s’assurer que tout le monde porte bien son masque.