ACCUEIL > ECONOMIE > Crise à la Poste SA : les responsables et le syndicat sommés de trouver des solutions définitives


Crise à la Poste SA : les responsables et le syndicat sommés de trouver des solutions définitives

  21 novembre 2018 à 18h34min 1 Commentaire(s)


Le ministre de la Communication, de l’Economie numérique et de la Poste, Guy Bertrand Mapangou, a demandé, mardi, aux responsables de la Poste SA de trouver définitivement une solution à la crise que connait cet établissement, et ce dans les sept jours prochains.

Le ministre de la Communication, de l’Economie numérique et de la Poste, Guy Bertrand Mapangou, s’est entretenu, mardi, avec les dirigeants et le syndicat des agents de la Poste SA, sur la crise que connait cette structure étatique. Il a sommé ces derniers à trouver une solution définitive au problème de la Poste et ce dans les sept jours à venir.

En effet, cette résolution du ministre Mapangou intervient trois mois après sa visite au Centre de trie et de colis postaux, où il avait émis le vœu de voir la direction générale et les syndicats à reprendre le dialogue. Une rencontre qui jusqu’ici n’a visiblement rien donné. De ce fait, Guy Bertrand Mapangou s’est indigné face au bras de fer que mènent les dirigeants et le personnel de cet établissement.

« La Poste est une entreprise étatique. Alors, assumant momentanément la gestion de cette tutelle, je me préoccupe de la situation de la Poste. Or, ce n’est pas le cas pour vous. Vous avez des protocoles d’accords que vous avez acceptés de signer, sous la médiation de l’inspecteur du travail, de l’ancien secrétaire général adjoint du ministère du Travail, des représentants du ministère de l’Economie et de votre tutelle. Malheureusement, jusqu’à présent il n’y a pas de sortie de crise. Et cela devient gênant, lassant et énervant », a dit le membre du gouvernement.

Il a par ailleurs indiqué que si des résolutions ne sont pas trouvées, dans un délai d’une semaine, le gouvernement va prendre ses responsabilités. « Je vous ai convoqués afin de vous sensibiliser, une dernière fois. Si, dans les sept jours qui suivent, vous n’avez pas trouvé un terrain d’entente, le gouvernement va prendre des mesures drastiques qui vont tous vous disqualifier. Car cette crise n’a que trop duré », a-t-il martelé.