ACCUEIL > POLITIQUE > Crise postélectorale : Le domicile de Jean Ping sous surveillance militaire


Crise postélectorale : Le domicile de Jean Ping sous surveillance militaire

  21 août 2017 à 23h20min 1 Commentaire(s)


Le domicile à Libreville du principal challenger d’Ali Bongo à la présidentielle d’août 2017, Jean Ping, a été placé sous surveillance militaire.

A l’origine de cette décision des autorités gabonaise, le message à la Nation de Jean Ping, diffusé au lendemain de la célébration des 57 ans de l’accession du pays à l’indépendance.

Dans son message, en effet, l’ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA) appelle notamment les populations à organiser « toute manifestation civique conforme au droit à libre expression, à la liberté de manifester, et aux droits fondamentaux prescrit par la constitution ».

Telle une trainée de poudre, le massage vidéo de Jean Ping diffusé en direct sur certaines télévisions privées, a été largement relayée sur les réseaux sociaux. Les commentaires en découlant sont unanimes : Jean Ping a décidé de passer à la vitesse supérieure après avoir épuisé toutes les voies de recours légales, au sortir du dernier scrutin présidentiel.

Si le gouvernement n’a pas encore officiellement réagi à la sortie de Jean Ping elle a déjà pris ses dispositions, en l’occurrence la mise sous surveillance du domicile du concerné.
Jean Ping se dit pleinement conscient des risques encourus.

« J’ai pleinement conscience de la portée des mots (…) J’attends que vous soyez les pèlerins de la protestation populaire et de sa légitime colère », a-t-il lancé.
Jean Ping, continue de contester la victoire de Ali Bongo Ondimba (ABO) à l’élection présidentielle du 27 août 2016.