ACCUEIL > POLITIQUE > Démocratie Nouvelle favorable à la modification de la Constitution 


Démocratie Nouvelle favorable à la modification de la Constitution 

  28 avril 2019 à 22h39min 0 Commentaire(s)


Le premier secrétaire du parti d’opposition dite « républicaine », René Ndémézo’Obiang a déclaré, le samedi 27 avril à Libreville, que la formation politique qu’il dirige est favorable à la modification de certaines dispositions de la Constitution notamment celle relative à la durée de l’intérim en cas d’empêchement définitif du président de la République.

Le premier secrétaire de DN a fait cette déclaration au cours de la rentrée politique de son parti, une date qui marque également le troisième anniversaire de sa création.
« Je suggère que notre parti et l’ensemble des forces soucieuses de la paix, de la stabilité et de la sérénité de notre pays, revisitent la Constitution gabonaise en vue de proposer la modification de certaines de ses dispositions actuelles. Notamment celles relatives à la durée de l’intérim du président de la République », a dit René Ndémézo’Obiang.

Pour lui, « la durée de l’intérim devrait s’étendre jusqu’à la fin du mandat présidentiel en cours. Les élections présidentielles devraient avoir lieu que tous les 7 ans tel que prévue par la Constitution ».  
Il a justifié sa suggestion par le fait que « des élections présidentielles anticipées, probablement mal organisées parce que préparées dans la hâte et la précipitation, rendraient un très mauvais service au pays, en fragilisant un peu plus son faible tissu économique et social actuel ».
« Dans cette proposition que nous suggérons de soumettre immédiatement au Premier ministre, chef du gouvernement, ainsi qu’aux présidents des deux chambres, la personnalité assurant l’intérim du président de la République, ne peut se porter candidat à l’élection présidentielle, conformément aux dispositions actuelles de la Constitution, notamment en son article 13 nouveau », a-t-il ajouté.

Dans la même occasion, son parti « s’engage à œuvrer dès maintenant à la mise en place d’une plateforme politique électorale, cadre rassemblant les partis, les associations et les personnalités ayant une vision convergente pour 2023 », a-t-il fait savoir.
Cette rentrée politique constitue également une rencontre de réflexion pour dresser le bilan et faire des perspectives d’une part et d’analyser la situation politique du pays d’autre part à travers deux commissions de travail mises en place. Les conclusions des travaux sont attendues ce dimanche, jour de clôture du programme de l’organisation établie par cette formation politique.