ACCUEIL > SOCIETE > Des enseignants menacent de boycotter les épreuves sportives du BEPC 


Des enseignants menacent de boycotter les épreuves sportives du BEPC 

  1er mai 2018 à 08h27min 0 Commentaire(s)


Des enseignants des établissements secondaires de Libreville, menacent de boycotter les épreuves sportives du Brevet d’étude du premier cycle (BEPC), qui se dérouleront du 30 Avril au 22 Mai 2018 sur l’ensemble du territoire national, si le Gouvernement ne paie pas leurs arriérés de vacations.

Les épreuves sportives de l’examen du Brevet d’étude du premier cycle (BEPC), qui doivent se dérouler du 30 Avril au 22 Mai prochain sur l’ensemble du territoire national, pourraient être boycottées par plusieurs enseignants. Ces derniers réclament le paiement intégral de leurs vacations de l’année dernière, a-t-on appris.

Une information confirmée par le président de la Centrale syndicale Dynamique unitaire (DU), Jean Rémy Yama, que nous avons joint au téléphone. Selon ce dernier, en plus des impayés des vacations de l’année dernière, il y aurait également les intégrations de 6.000 enseignants qui travaillent sans salaires depuis plusieurs années.
Au Centre d’examen du Lycée national Léon Mba, où nous nous sommes rendus, quelques enseignants d’épreuves sportives que nous avons rencontrés, affirment qu’ils ne participeront pas aux épreuves d’EPS, sans le paiement de leurs vacations de l’année dernière.

Même son de cloche au Centre du Collège Bessieux. Là-bas, les enseignants que nous avons rencontrés au sein de l’établissement ont opté pour le silence, craignant des représailles. Mais pour le Directeur des études de ce Centre d’examen, Mme Hélé Ondo, il n’y a aucune grève des enseignants en gestation.

‘’Ce que je sais, c’est que les épreuves sportives doivent se tenir du 30 Avril au 22 Mai 2018. Aujourd’hui, la journée est consacrée aux examens médicaux des différents candidats, ensuite viendront les épreuves sportives’’, a-t-elle soutenu.
Au Centre du Lycée Paul Indjédjé Gondjout, le proviseur du Lycée, M. Fortuné Nguema-Owone, en réunion avec les enseignants d’EPS, n’a pas voulu se prononcer sur l’éventuel boycott des épreuves sportives. Même si chez certains élèves de 3ème avec qui nous avons échangé, la menace est prise au sérieux.