ACCUEIL > POLITIQUE > Dialogue politique : 1200 organisations de la société civile enregistrées


Dialogue politique : 1200 organisations de la société civile enregistrées

  27 mars 2017 à 23h43min 0 Commentaire(s)


A l’issue de plusieurs recours, des inscriptions ouvertes à la société civile, 1200 associations et/ou groupes venus de tous les horizons de la société gabonaise ont été dûment enregistrés pour participer au Dialogue politique.

Cette étape sera suivie lundi 27 mars 2017 de la publication des listes par panel, avant l’ouverture du dialogue prévu quant à lui pour le 28 mars 2017.

Gabon : « Ceux qui ont tort sont ceux qui refusent de prendre part au dialogue politique »

Au Gabon, le dialogue politique voulu par le pouvoir doit s’ouvrir mardi 28 mars. Celui-ci se tiendra sans Jean Ping, le principal opposant du pays, qui se considère toujours comme le président élu. La crise politique née de la réélection contestée d’Ali Bongo n’est donc pas terminée, comme a pu le constater le premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, lors de son séjour à Paris, où les partisans de Jean Ping ont manifesté sur les lieux de chacun de ses déplacements. Entretien.

Le dialogue politique, qui va s’ouvrir sans Jean Ping, n’est-il pas voué à l’échec ?
Emmanuel Issoze Ngondet Le dialogue politique convoqué par le président Ali Bongo Ondimba est à la fois un impératif et une opportunité. Un impératif, car il n’y a pas d’alternative crédible pour permettre au Gabon de sortir de la situation tendue qui a prévalu au lendemain de la présidentielle.

Il faut bien que les acteurs politiques discutent sans tabou de tous les sujets qui fâchent. Ce dialogue est aussi une opportunité, car il n’y a pas meilleur moment pour discuter de nos institutions politiques. Ceux qui ont tort sont ceux qui refusent de prendre part au processus.

Mais quels peuvent en être les débouchés quand un candidat qui a recueilli environ la moitié des suffrages boycotte ce dialogue ?

La présidentielle est bien la mère de toutes les élections, mais la vie politique ne se résume pas à ce seul suffrage. Au-delà, il y a la gestion politique du pays. Le pouvoir y a un rôle important, mais des partis et leurs élus nationaux et locaux participent aussi à cette gestion. Monsieur Ping a pris part à une élection présidentielle qui ne peut pas être l’élément central de la vie politique du pays.