ACCUEIL > POLITIQUE > Dialogue politique : Ministere de l’intérieur


Dialogue politique : Ministere de l’intérieur

  15 mai 2017 à 22h11min 0 Commentaire(s)


Quelles prérogatives désormais ?

Les représentants de la majorité et de l’oppositions membres de la commission « reforme des institutions et la consolidation de l’Etat de droit démocratique » n’ont pas toujours trouvé un motus operandi » en ce qui concerne le rôle qui reviendra au ministère de l’intérieur au sortir de l’actuel dialogue politique

Le ministère de l’intérieur et les missions qui lui reviennent font actuellement l’objet d’un débat houleux entre les membres de la commission « la reforme des institutions et la consolidation de l’Etat de droit démocratique ».

Ici les membres de l’oppositions souhaiteraient ardemment que ce département ministériel ne soit plus compétante en matière de gestion de la liste électorale, tout comme il ne devrait plus s’occuper des résultats d’une quelconque élection politique après leur centralisation par la commission électorale nationale autonome et permanence (CENAP). Pour justifier leur position, ils disent que le ministère de l’intérieur serait un groupe mieux un obstacle majeur à la transparence électorale, et à l’alternance politique dans notre pays ,

Une telle argumentation n’a pas trouvé l’assentiment des membres de la majorité qui ont rétorqués en relevant que les résultats d’une élection politique demeurent tributaire du seul choix des électeurs et non d’une prétendue implication partisane d’un quelconque département ministériel fut-il le ministre de l’intérieur ? actuellement le consensus est recherché il faut signaler que ce ministère de l’intérieur là avait déjà fait l’objet des discussions au cours de la phase citoyenne, car d’aucuns avait exigé qu’il soit tout bonnement posséder de se prérogatives en ce qui concerne notamment le processus électoral

Serge Obame/ Gabontribune