ACCUEIL > POLITIQUE > Dialogue politique : des changements en perspectives dans le fonctionnement des partis politiques


Dialogue politique : des changements en perspectives dans le fonctionnement des partis politiques

  10 mai 2017 à 17h31min 0 Commentaire(s)


Plusieurs dispositions relatives au fonctionnement des partis politiques au Gabon vont connaître des changements. La commission 3, (Modernisation de la vie publique), qui a bouclé son travail depuis samedi dernier, sera en plénière ce mardi pour livrer les conclusions de son rapport avant son adoption finale.

Les états-majors des partis politiques sont unanimes sur l’urgence des réformes des formations politiques en République gabonaise. La commission 3, ‘’Modernisation de la vie publique’’ a, à juste titre, considéré cette question comme l’une de ses priorités.

Pendant plusieurs jours (40 jours) les commissaires, Majorité et Opposition, de cette thématique ont discuté pour aboutir à un consensus qui, après adoption en plénière, devra prendre le circuit du législateur avant son passage sur les mains du Chef de l’Etat. Les trois autres commissions, Réformes des Institutions et consolidation de l’Etat de droit ; Réformes électorales et consolidation de la paix et de la cohésion nationale sont à pied d’œuvre pour livrer leur conclusion.

L’on retient de ce qui suit que l’âge requis pour créer un parti politique a connu un réexamen. Désormais au lieu de 30 ans comme le prévoyait l’article 5 de la loi n° 016/2011, il faut l’âge de la majorité pour créer un parti politique, lequel ouvre la voie aux jeunes de cet âge et plus à toutes les élections politiques au Gabon. La nationalité retenue est être gabonais et avoir l’un des parents gabonais.

Les partis politiques légalement reconnus qui n’auront pas au moins un élu pendant trois mandatures successives se verra retirer son récépissé définitif.

Sur la question de la représentativité des femmes et des jeunes, Opposition et Majorité ont convenu de ce que les partis politiques doivent garantir la représentativité des femmes et des jeunes au sein de leurs organes décisionnels conformément à la loi n° 9/2016 du 16 septembre 2016. Un observatoire des partis politiques a été aussi créé.

Des mesures sur la fusion des partis politiques et leurs dissolutions ont aussi fait l’objet d’une attention de la part des commissaires de cette thématique. Ici la perte du mandat ne concerne que les partis politiques fusionnés et n’ayant pas appartenu au même bord politique. Le financement de ces derniers, les partis politiques sont accordés par l’état conformément aux dispositions d’éligibilité fixées par les dispositions de l’article 52 de la loi n°16/2011. La retraite des élus locaux et le point relatif au cumul des mandats ont été discutés.