ACCUEIL > SOCIETE > Dialogue politique : la suppression des financements aux centrales syndicales parmi les propositions


Dialogue politique : la suppression des financements aux centrales syndicales parmi les propositions

  5 avril 2017 à 22h58min 0 Commentaire(s)


Le président du bureau exécutif du syndicat national des agents de l’administration du ministère du budget (SYNAB), Patrick Dizoa a proposé, mardi, la suppression des financements aux centrales syndicales en vue de les orienter directement vers chaque syndicat.

Dans son intervention au troisième panel de la phase citoyenne du dialogue politique, axé sur la « modernisation de la vie publique », Patrick Dizoa a justifié cette proposition dans le souci d’assurer une gestion orthodoxe des financements alloués.

« Le SYNAB propose que les subventions soient reversées directement aux syndicats autonomes en lieu et place des centrales syndicales pour une meilleure gestion et leur bon fonctionnement. Aussi, le SYNAB adhère à la révision de la loi 18/92 du 18 mai 1993 », a-t-il dit.

S’agissant du financement des partis politique, le SYNAB par la voix de son président, pense qu’il doit être conditionné par la disposition d’au moins un élu dans les deux chambres du parlement et au niveau local.

« Les conditions de création des partis politiques ne posent pas de problèmes, mais plutôt leur financement. Nous proposons que ce soit seulement les partis ayant au moins un élu à l’assemblée nationale, au Sénat, au conseil municipal et au conseil départemental qui en soient les bénéficiaires », a-t-il proposé.

Par ailleurs, le point du cumul des mandats, le SYNAB propose la limitation du mandat du président de la République à cinq (5) ans renouvelable une fois. Cela est valable pour les autres élus à savoir : députés, sénateurs, maires et présidents des conseils départementaux ainsi que le retour à toutes les élections à deux tours.

Enfin, tout en prônant l’application du code de la communication pour assurer une « meilleure » liberté de la presse dans un dans un pays démocratique, le SYNAB souhaite que le président du conseil national de la communication ainsi que les conseillers membres soient élus par leurs pairs parmi les communicateurs de haut rang.

Joel Tatou : gabontribune.com