ACCUEIL > SOCIETE > Embouteillage à Akanda : Expérimentation de nouvelles solutions


Embouteillage à Akanda : Expérimentation de nouvelles solutions

  3 mars 2017 à 07h53min 0 Commentaire(s)


Le ministère de la Réforme de l’Etat et les services du ministère des Transports ont lancé, le mardi 28 février, la première phase des tests devant permettre de résoudre le phénomène d’embouteillages sur l’axe Libreville-Akanda.

Dès 6 heures, ce mardi 28 février, les automobilistes ralliant la commune d’Akanda ont été soumis à un nouvel itinéraire : le contournement du rond-point de l’aéroport a été fermé, ainsi que le rond-point du carrefour de Jade et celui du carrefour Jiji à Angondjé.
Si ce premier essai de trois heures n’a pas permis de juger du bien fondé ou non d’adopter la solution expérimentée, pour Joël Pono Opape, le choix de cet axe routier n’a pas été anodin.

Il compte parmi les plus fréquentés de la province de l’Estuaire, et son engorgement, principalement aux heures de pointe, est jugé responsable des retards enregistrés par les agents de l’administration publique et les élèves. L’opération n’a pas manqué de susciter l’impatience de certains automobilistes ayant vu leur itinéraire prolongé. Le ministre de la Réforme de l’Etat a tenté de rassurer : « Avec le concours des forces de l’ordre, nous avons envoyé un peu plus loin certains (automobilistes souhaitant tourner aux ronds points habituels). Nous pensons que plus on étend la distance, plus on dilue le risque de bouchons. Il vaut donc mieux prendre deux minutes de plus pour en gagner dix. »

Lors de ce premier test, les équipes du ministère de la Réforme de l’Etat et du ministère des Transports ont été confrontées à la circulation des camions et autres gros engins. Joël Pono Opape n’a pas manqué d’interpeler les autorités municipales sur la question. « Nous réfléchirons à la possibilité d’interdire ou de limiter la circulation des gros camions aux heures de pointe », a promis le membre du gouvernement, qui n’a pas hésité à donner du sien pour indiquer le nouvel itinéraire aux usagers.

A la mairie d’Akanda, si on voit d’un bon œil l’initiative du ministre, on n’estime pas moins que celle-ci ne peut aboutir à des résultats positifs que si les populations et les usagers de la route veulent bien se soumettre aux directives données par la municipalité. Claude-Michel Sezalory, le maire de la commune d’Akanda y voit davantage un problème d’« incivisme » et de « discipline ».

Toutefois, ce qu’il a dit craindre, « c’est qu’on désengorge un côté pour engorger un autre ». Pour un policier interrogé sur le lieu du test, cette initiative est déjà vouée à l’échec. « Déjà que lors de la Can [coupe d’Afrique des nations de football] ça n’a pas marché, ça va être pire », a-t-il auguré.

Annoncée cinq jours plus tôt, au terme d’une réunion initiée par le ministre de la Réforme de l’Etat, Joël Pono Opape, à laquelle avait pris part sa collègue en charge des Transports et de la Logistique, ainsi que des maires de Libreville, Owendo et Akanda ; cette expérimentation est prévue pour durer jusqu’au 2 mars prochain.