ACCUEIL > POLITIQUE > Emmanuel Issoze Ngondet : « Il y a des raisons objectives de regarder l’avenir avec optimisme » 


Emmanuel Issoze Ngondet : « Il y a des raisons objectives de regarder l’avenir avec optimisme » 

  23 avril 2018 à 23h12min 0 Commentaire(s)


- En dépit de certains manquements relevés dans l’exécution du Plan de relance de l’économie (PRE), le Premier ministre gabonais, Emmanuel Issoze Ngondet, a indiqué lors de la Restitution du Rapport d’exécution du Plan de Relance de l’Économie pour 2017 à l’administration, qu’il y a des raisons objectives de regarder l’avenir avec optimisme.

Pour garantir l’exécution efficiente du Plan de relance de l’économie gabonaise, adopté le 17 mai 2017, pour la période 2017-2019, le Gouvernement, sous l’impulsion de son Chef, Emmanuel Issoze Ngondet, avait mis en place un dispositif spécifique de pilotage impliquant naturellement l’Administration, avec une lettre de mission détaillée. Laquelle déclinait de façon précise, les actions à mettre en œuvre.

A propos, trois principaux objectifs stratégiques sont visés : le rétablissement de l’équilibre des finances publiques, l’accélération de la diversification de l’économie, la réduction de la pauvreté.

Cependant, le Chef du Gouvernement a relevé, dans son propos circonstanciel, que les aspects encourageants du Plan de relance économique doivent être relativisés, en dépit des efforts fournis dans de nombreux programmes qui sont loin d’être atteints.
Il s’agit notamment de « l’optimisation des recettes ; de la réduction de la masse salariale ; de l’apurement de la dette intérieure ; de la reforme du système financier public ; de l’amélioration du cadre des affaires ; de la diversification des sources de la croissance ; de la réduction de la pauvreté et de l’amélioration du service aux usagers », a-t-il fait savoir.

Pour le Chef du Gouvernement, la collecte des recettes publiques hors pétrole a été inférieure aux attentes. Ce qui appelle à plus de vigilance. Nonobstant ‘’les efforts entrepris dans le cadre de la lutte contre la fraude fiscale, l’élargissement de l’assiette fiscale, (…) la rationalisation des exemptions fiscales’’.

« Le système financier public, en pleine restructuration, n’a répondu aux attentes, à savoir financer de façon significative l’économie nationale », selon lui.
En effet sur les 100 milliards de FCFA projetés, seuls 40 milliards ont pu être mobilisés. Les retards accusés dans le lancement et la mise en œuvre des réformes visant à simplifier les formalités du commerce transfrontalier, la qualité de la prise en charge et de la résolution des litiges commerciaux ainsi que l’absence des modes alternatifs de résolution desdits litiges ne sont pas en reste.

‘’Des retards qui impactent encore négativement notre image auprès des investisseurs’’, a reconnu, M. Issoze Ngondet, avant d’ajouter que d’autres programmes, tels que le Plan d’urgence présidentiel, les plans de l’éducation, de l’amélioration de la qualité des services aux usagers et de la lutte contre la pauvreté, ont été également obérés pour divers raisons.

Reconnaissant tout de même, qu’en matière de maîtrise des dépenses, des efforts de réduction de la masse salariale sont loin d’être suffisants, le Chef du Gouvernement a rassuré les hauts responsables de l’administration, de ce qu’il y a des raisons objectives de regarder l’avenir avec optimisme, avant de marteler que « la réussite du PRE n’est pas une option. C’est un impératif ».