ACCUEIL > SOCIETE > Fêtes de fin d’année : Parents et tenanciers de bars appelés à la responsabilité !


Fêtes de fin d’année : Parents et tenanciers de bars appelés à la responsabilité !

  1er janvier 2019 à 23h29min 0 Commentaire(s)


La présence accrue des mineurs dans les débits de boissons, et de la délinquance juvénile qui en découle, sont au centre d’un récent communiqué des Forces de police nationale. Parents et tenanciers de bars y sont appelés à prendre leur responsabilité, au risque de voir les indélicats subir les foudres de la loi. 

« Au regard de la présence remarquable des mineurs de nuit et dans les débits de boissons sur l’ensemble du périmètre urbain », la police gabonaise s’est fendue d’un communiqué hier, en vue d’« appeler les parents et les tenanciers de débits de boissons à la responsabilité ». 

Un communiqué d’autant plus alarmant que selon le constat des policiers, « les mineurs sont davantage auteurs d’agressions entraînant parfois la mort, des vols à la tire dont le phénomène s’en va grandissant, et des viols commis après administration de produits stupéfiants tels que le Kobolo ». 

Le communiqué ne s’arrête pas là. Il indique par la suite les sanctions prévues dans la loi pour les infractions citées. 
Pour ce qui est des coups mortels, l’article 232 du Code pénal stipule que « si les coups et blessures faits volontairement, mais sans intention de donner la mort, l’ont pourtant occasionné, le coupable sera puni de la réclusion ». 

En ce qui concerne le vol, l’article 292 et suivant indiquent que « quiconque soustrait frauduleusement une chose qui ne lui appartient pas est coupable de vol. Sous réserve des aggravations prévues aux articles 295 et 296, le vol est puni d’un emprisonnement de 6 mois au moins, et de 5 ans au plus et peut l’être, en outre, d’une amende d’un montant maximum de 1 millions de francs CFA. La tentative de vol est punie comme le délit lui-même ». 

Quant à l’incitation à la débauche, l’article 281 du Code pénal prévoit que « sera puni d’un emprisonnement de un à trois ans et d’une amende de 24 mille à 240 mille F CFA quiconque aura fait boire jusqu’à l’ivresse un mineur de moins de 18 ans ». 

Cette prévention policière sonne aussi comme un appel à la vigilance à l’endroit des citoyens dans leur ensemble. Notamment en cette période de fête de fin d’année durant laquelle plusieurs délaissent la vigilance, du fait de la consommation abusive d’alcool.