ACCUEIL > POLITIQUE > Fin de la monarchie du CLR dans le 3ème arrondissement de Libreville


Fin de la monarchie du CLR dans le 3ème arrondissement de Libreville

  10 octobre 2018 à 23h54min 0 Commentaire(s)


Le président et tête de liste du Centre des libéraux réformateurs (CLR, aux élections locales du 6 octobre courant dans le 3ème arrondissement de Libreville, Jean Boniface Assélé a été complètement laminé, selon les 1ère tendances, par la liste du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir). conduit par l’inamovible membre du bureau politique Rose Chistiane Ossouka Raponda actuelle maire de la commune de Libreville

La victoire selon les premiers résultats sorties des urnes met ainsi fin à l’hégémonie du CLR dans cette partie la plus peuplée et la plus vivante économiquement de la commune de Libreville. et pour rappel c’est cette partie de la capitale Gabonaise qui avait le plus voté pour le candidat Ali Bongo Ondimba à la présidentielle de 2016. Le 3ème englobe le marché central (Mont-Bouet) et le Centre ville où sont localisés plusieurs institutions et grandes entreprises du pays.

il faut rappeler que depuis l’arrivée de Rose Christiane Ossouka Raponda à la tête de l’hôtel de ville et comme membre du bureau politique à ré-oxygéner le parti dans cette arrondissement, car cette dernière a fait de sa circonscription électorale le fer de lance et bastion du parti démocratique gabonais, par des actions concrètes et surtout discrètes aux profits de la majorités des populations de cette arrondissement et partant de la commune de Libreville ou elle a imposé sa marque dont cette brillante élection n’est qu’un retour de l’ascenseur vivement exprimé par les populations a l’endroit de cette tête de liste .

Pour la première fois depuis 1996, la Mairie du 3ème arrondissement va échapper au CLR. Un parti de la majorité décapité par des divisions internes et l’arrogance effréné de son président qui depuis sa création impose sans partage sa vision personnelle, et avec la stratégie du PDG, qui a débauché certains de ses éléments clés. Ayant rallié la formation politique du Président Ali Bongo Ondimba,

Eloi Nzondo, ancien député et ex- 4ème maire adjoint de la commune de Libreville n’a pas cette fois-ci participé aux élections jumelées (législatives et locales) à cause de ses nouvelles fonctions de gouverneur de la province du Haut-Ogooué, il n’en demeure pas moins qu’il a coaché ses lieutenants pour faire tomber son ancien parti. Dans le même siège, son homme de mains, Franck Ibouili, était suppléant de la candidate du PDG aux législatives, Sylvie Kotha Nzamba, qui a été élu dès le 1er tour.

La déculottée publique en attente de confirmation très prochaine du Centre gabonais des élections (CGE) semble vraisemblablement bloqué les espoirs de l’éternel insatisfait Jean Boniface Assélé qui selon ces propre dire voulait être Maire de Libreville pour une N éme fois.

Gabontribune / Joel Tatou