ACCUEIL > SPORTS > Football : Les championnats nationaux gabonais ne débuteront pas le 20 octobre prochain 


Football : Les championnats nationaux gabonais ne débuteront pas le 20 octobre prochain 

  19 septembre 2018 à 12h26min 0 Commentaire(s)


L’annonce a été faite par le ministre d’Etat, en charge des Sports Alain-Claude Bilié-By-Nzé, à l’issue de la rencontre qu’il a eue, lundi, avec le président da la Ligue nationale de football professionnel (Linafp), Brice Mbika Ndjambou. Alors que les responsables de la Linafp avaient prévu lancer le National-Foot 1 et 2 le 20 octobre prochain, le patron des sports leur a fait savoir qu’il sera impossible que cette date soit respectée en raison du modèle économique de ces compétitions qui ne sied plus à la situation économique actuel du Gabon. 

Comme on le sait, les championnats nationaux de D1 et D2 gabonais sont dépendant des caisses de l’Etat depuis des années. Cette année 2018-2019, la Ligue nationale de football professionnel (Linafp), dirigée par Brice Mbila Ndjambou, a prévu lancer la saison le 20 octobre-2018 selon le calendrier transmis à Alain-Claude Bilié-By-Nzé, ministre des Sports. 

Ce lundi 17 septembre, le ministre des Sports recevait le bureau directeur de la Linafp, pour discuter de la situation et l’avenir du National-Foot 1 et 2. Sur la question, le ministre d’Etat a été direct et franc et surtout réaliste au regard de la situation économique du Gabon : « Il n’est pas possible de débuter les championnats aux dates que vous-avez proposées », a fait savoir Alain-Claude Bilié-By-Nzé à Brice Mbika Ndjambou. 
L’absence des moyens financiers justifierait la décision du patron des sports, mais également le modèle de financement de ces deux compétitions domestiques qui a montré ses limites : « Le modèle économique actuel de ces deux compétitions ne correspond plus aux réalités du pays sur le plan économique », s’est expliqué le membre du gouvernement.

Ainsi, la Linafp devra proposer un nouveau calendrier des championnats au plus tard ce vendredi. « Nous souhaitons que les championnats reprennent, mais qu’ils ne connaissent plus d’interruptions. En plus du nouveau calendrier, il sera également question d’envisager toutes les options à proposer au gouvernement à fin de sécuriser le financement de nos championnats », a poursuivi M. Bilié-By-Nzé. 

A en croire le ministre d’Etat, il n’est plus question que l’Etat soit le seul à financer le football, mais, qu’à cela ne tienne, les championnats doivent reprendre. Si la date de la reprise n’a pas été retenue, le président de la Linafp a dit avoir reçu des assurances du ministre quant aux lancements des championnats avant la fin de l’année 2018. 
Mais cette reprise est subordonnée à certaines conditions qui doivent être remplies entre la Fédération gabonaise de football et la Ligue nationale de football professionnel. « Il sera notamment question d’intégrer un nouveau budget qui s’appuie sur du concret. Ce budget ne prendra en compte que les aspects qui peuvent être financés par les pouvoirs publics étant attendu que le modèle économique actuel s’est essoufflé », a déclaré le patron de la Linafp . 

Le nouveau budget de financement des championnats professionnels ne prendra plus en compte le payement des joueurs, selon M. Mbika : « Il y a des questions qui ne relèvent pas du domaine de l’Etat, notamment le paiement des joueurs qui sont, des engagements que des clubs doivent prendre directement avec leurs joueurs. Et ces écuries doivent s’assurer de la capacité qui est la leur à pouvoir payer leurs employés », a conclu Brice Mbika Ndjambou. 

Voilà une affaire qui pourra voir certains clubs disparaître car, plusieurs formations d’élites ne fonctionnement uniquement avec la subvention de l’Etat. Bonne ou mauvaise décision du ministre des sports ? Le débat est ouvert.