ACCUEIL > SOCIETE > Forum sur la sécurité en Afrique : les réponses des experts face aux nouvelles problématiques sécuritaires


Forum sur la sécurité en Afrique : les réponses des experts face aux nouvelles problématiques sécuritaires

  25 novembre 2018 à 15h39min 0 Commentaire(s)


Autour de la thématique générique, ‘’Définir les axes de la coopération internationale face aux menaces du 21ème Siècle’’, les experts reconnus et opérant ou concernés par les domaines de la sécurité et de la défense, principalement issus de 50 pays dont 35 africains, ont proposé aux décideurs des réponses envisageables face aux nouvelles problématiques sécuritaires, qui parcourent l’Afrique, au sortir de la troisième édition du Forum sur la sécurité en Afrique.

Les spécialistes et grands responsables des Organisations régionales et /ou sous-régionale et autres représentants des Organisations internationales en charge des thèmes proposés, à savoir : Migration et développement socio-économique ; Cyber terrorisme, e-réputation et big data ; Extrémismes et lutte contre la radicalisation, ont édifié l’ensemble des participants présents à Rabat au Maroc non sans élaborer un rapport édifiant à l’intention des différents dirigeants.

En réponses données au thème ‘’Migration et développement socio-économique’’, la seule issue permettant la stabilisation des populations dans leur milieu d’origine serait le développement économique fort et rapide. Pour cela, l’Afrique doit rapidement utiliser les techniques les plus modernes afin d’obtenir la compétitivité requise et pouvoir créer les emplois à même d’absorber le chômage endémique dont souffre le Continent. La mise en place des conditions d’une croissance forte, stable.

Quant à la question de la ‘’Cyber terrorisme ; e-réputation et big data’’, les panélistes et autres participants estiment que dans un tel contexte, les activités criminelles et terroristes se développent et de nouvelles technologies ont désormais la part belle. Ils affirment que les problématiques de cyber terrorisme et de cyber-délinquance impactent fortement aussi les pays du Sud, leurs régimes, leurs domaines stratégiques, économiques ou politiques. D’où la nécessité pour les participants d’établir une nouvelle coopération avec les pays du Nord dotés d’une expertise certaine en la matière et qui en seraient aussi victimes.

En réponse au dernier thème, ‘’Extrémisme et lutte contre la radicalisation’’, il est urgent pour les experts, de commencer à penser comment sauvegarder les acquis et protéger le continent de nouveaux extrémismes basés sur la méconnaissance et la peur de l’autre ; mais également guidés par des enjeux de pouvoir. Ils ont fait le lien avec le chômage pour mieux répondre, dans une Afrique à forte croissance démographique, qui connait un grand déséquilibre politique au fur et à mesure d’une urbanisation rapide avec ses corolaires indirects : les conflits et le terrorisme.

Précisons que M. Driss Benomar, président d’Atlantis, Centre de recherche et d’études géostratégique a fixé au préalable le cap aux 24 panélistes qui sont intervenus, en plus des autres interventions riches. Pour lui, le développement socio-économique des pays du continent et pas seulement, devient une priorité qui débouchera sur des processus de transferts des technologies et de savoirs permettant de proposer des solutions pérennes aux populations soumises à la dure réalité de leurs contrées d’origine et au mirage des pays développés.

La population africaine est amenée à doubler d’ici 2050. Le continent africain doit faire face à une pression démographique sans pour autant avoir la certitude que les performances économiques seront au rendez-vous et que la croissance économique sera non seulement suffisante, mais uniforme, pour créer les 450 millions d’emplois supplémentaires requis pour les 20 années à venir, s’est-il interrogé, pour témoigner de l’importance de toujours comprendre et analyser les problématiques nouvelles qui impactent le monde moderne.