ACCUEIL > POLITIQUE > Gabon : le pouvoir condamne l’appel à la désobéissance civile lancé par l’opposant Jean Ping


Gabon : le pouvoir condamne l’appel à la désobéissance civile lancé par l’opposant Jean Ping

  23 août 2017 à 00h24min 3 Commentaire(s)


Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) a condamné vendredi soir l’appel à la désobéissance civile lancé par l’opposant Jean Ping qui a appelé les Gabonais à la désobéissance civile pour, dit-il, arracher "son pouvoir confisqué" par le président Ali Bongo Ondimba qu’il estime avoir battu lors de l’élection présidentielle d’août 2016.

"Le Parti démocratique gabonais condamne avec la plus grande énergie les appels à la désobéissance civile lancés, encore une fois, par M. Jean Ping", indique son porte-parole, Léandre Kiki, dans un communiqué. Il estime que ce sont là des "actes hautement inacceptables" allant "à l’encontre de l’intérêt supérieur de la nation".

"A partir de ce jour, je ne vous retiens plus", a lâché M. Ping dans un discours solennel lu vendredi. "Dans cet esprit, je vous enjoins d’organiser, dès aujourd’hui et sans limite, jusqu’au départ des putschistes, toute manifestation civique conforme aux droits à la libre expression, à la liberté de manifester et aux droits fondamentaux prescrits par la Constitution", a-t-il dit à ses militants.

"Je demande aux populations de l’Estuaire, du Haut-Ogooué, du Moyen-Ogooué, de la Ngounié, de la Nyanga, de l’Ogooué-Ivindo, de l’Ogooué-Lolo, de l’Ogooué-Maritime, du Woleu-Ntem et tous les Gabonais de la diaspora, de se lever comme un seul homme pour marquer solennellement mon arrivée au pouvoir", a insisté celui qui se présente toujours comme celui élu par les Gabonais lors de la présidentielle du 27 août 2016 officiellement remportée par Ali Bongo Ondimba.

Un peu plus tard, le ministre de l’Intérieur, Lambert Matha, a publié un communiqué dans lequel il a appelé "au ressaisissement" tous ceux qui "tenteraient de défier l’autorité de l’Etat". Il a appelé au "respect des principes et des valeurs qui fondent tout Etat démocratique".