ACCUEIL > SOCIETE > Gabon télévision et Radio Gabon encore en grève !


Gabon télévision et Radio Gabon encore en grève !

  12 août 2018 à 13h57min 0 Commentaire(s)


C’est à l’issue d’une assemblée générale qui s’est tenue, ce mercredi 08 Août 2018 à la maison Georges Rawiri, que les agents des groupes Radio Gabon et Gabon Télévision ont décidé d’entamer à nouveau un mouvement de grève.
 

Le Syprocom (Syndicat des Professionnels de la Communication), a relancé la grève, suspendue en mai dernier, mais cette fois-ci de manière ininterrompue. 
Pour mettre à exécution leur décision, les agents du service public de l’audiovisuel ont annoncé la réduction du temps de diffusion du journal télévisé de 20 h qui passe de 30 minutes à 5.
Les agents en colère reprochent à leur tutelle la non-satisfaction de leurs revendications, dont le paiement de la prime de rendement, le reversement de la redevance audiovisuelle et cinématographique (Rac), et l’application de leur statut particulier. 

Sur ce dernier point, les communicateurs se plaignent notamment qu’à l’heure où le gouvernement initie des réformes tous azimuts, dont le pointage des agents publics, la spécificité de leur métier soit ignorée. « Nous disons que nous ne nous reconnaissons pas là-dedans. Nous avons des métiers particuliers. Nous travaillons de jour comme de nuit, tout comme les jours fériés. Il est donc hors de question de devoir pointer notre présence au poste comme des agents normaux. Nous avons droit à un statut particulier », a laissé entendre le secrétaire général du Syprocom, Vibrian Asseko. 

Quant au point sur la Rac, les agents souhaitent que la part officiellement remise à la Radio et à la Télévision publique gabonaise, soit 75 millions de F CFA mensuels, selon leurs dires, soit clarifiée quant à son utilisation. « Nous avons des arriérés de frais de production, des cachets qui demeurent impayés, tout comme la prime de rendement. C’est à cela aussi que devrait servir la tranche de la Rac qui nous est réservée. Mais au lieu de cela, parler de la RAC reste un sujet tabou ici », a regretté le responsable syndical.