ACCUEIL > MONDE > « Garde ton virus, sale Chinoise ! » : avec le coronavirus, le racisme antiasiatique se propage en France


« Garde ton virus, sale Chinoise ! » : avec le coronavirus, le racisme antiasiatique se propage en France

  1er février 2020 à 14h43min 498 Commentaire(s)


Alors qu’un quatrième cas avéré sur le sol français a été confirmé mardi 28 janvier, les propos stigmatisants à l’égard des personnes d’origine asiatique ou perçues comme telles connaissent une recrudescence.

« Garde ton virus, sale Chinoise ! T’es pas la bienvenue en France », crie un chauffard en accélérant sur une flaque d’eau pour l’éclabousser. Minh, qui relate l’épisode intervenu lundi 27 janvier, est d’origine vietnamienne. Depuis l’identification en France de plusieurs cas de patients contaminés par le coronavirus 2019-nCoV, apparu en décembre 2019 à Wuhan en Chine, les propos racistes à l’encontre des personnes de la communauté asiatique se multiplient. Elles sont les premières victimes de l’inquiétude suscitée par le virus.

La mère de John (le prénom a été modifié), d’origine philippine, en a fait les frais. « Elle faisait ses courses, rapporte le jeune homme, lorsqu’elle a entendu une voix dans son dos. Un homme mettait en garde son fils sur le virus et les Chinois, en la désignant. » La scène s’est déroulée dans un hypermarché à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne). A Lyon, dans une fromagerie, Elodie a été témoin d’une humiliation : « Un couple a refusé d’être servi par une dame d’origine asiatique. Elle s’est mise à pleurer. »
Lire notre enquête sur le coronavirus

Avec la médiatisation de la crise sanitaire, de nombreuses personnes d’origine asiatique se sentent pointées du doigt. « A la fac, quand je tousse, on me dit que je vais contaminer tout le monde », raconte Julie, étudiante à Assas d’origine japonaise. Dans les transports, ce sont des regards en coin. Marie (le prénom a été modifié), d’origine chinoise, le confirme : « Dans le métro, un homme a même caché son nez et sa bouche dans son pull devant mes parents. » Dans cette atmosphère paranoïaque, se faire dévisager parce qu’on est asiatique n’est pas rare. « Une amie, aussi coréenne, n’ose plus sortir », ajoute Sujin. Car certains se font expulser du métro.