ACCUEIL > POLITIQUE > Gaston et Frida Mindoungani démissionnent du CLR 


Gaston et Frida Mindoungani démissionnent du CLR 

  3 février 2019 à 08h08min 0 Commentaire(s)


Le deuxième questeur du Conseil économique et social et environnemental, Gaston Mindoungani et son épouse, par ailleurs ancienne maire du sixième arrondissement de la capitale gabonaise, ont décidé, vendredi à Libreville, de démissionner du Centre des Libéraux réformateurs (CLR) membre de la majorité républicaine et sociale pour l’émergence, dirigé par Jean Boniface Assélé. 

Joint dans la soirée, Gaston Mindoungani a confirmé son départ et celui de son épouse du CLR. Un départ authentifié par une lettre de démission déposée le même jour au siège de cette formation politique. 

« Nous sommes effectivement partis du Centre des libéraux réformateurs ce jour. Nous avons officialisé notre départ par le dépôt de notre lettre de démission auprès de la hiérarchie du parti ce samedi également », a-t-il dit. 

Interrogé sur les raisons de leur démission, Gaston Mindoungani n’a pas souhaité faire un commentaire, quelques heures après sa démission. Il a toutefois relevé qu’ « un parti politique est comme une famille où lorsque l’on ne se retrouve plus ou bien on ne se sent plus à l’aise, on est obligé de se retirer », a-t-il fait savoir. Indiquant que « j’ai pris cette décision après réflexion ». 
Sur les perspectives de sa carrière politique, Gaston Mindoungani a dit qu’il conviera la presse dans une semaine pour éclairer l’opinion sur son départ et décliner son avenir politique. 

Il faut rappeler que le départ du couple Mindoungani confirme la saignée de départs du Centre des libéraux réformateurs. Il a été précédé ce celui d’Alexandre Désiré Tapoyo en 2016, suivi d’Eloi Nzondo en 2018. 

Ces derniers cités avaient quitté la barque du CLR avec tous les militants qui étaient acquis à leurs causes, pour rejoindre le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir). A l’exemple de l’actuel gouverneur de la province du Haut-Ogooué, Eloi Nzondo qui avait drainé derrière lui, plus de 1000 militants.