ACCUEIL > POLITIQUE > Gestion des fonds Covid-19 : Nkoghe Bekale prêt pour une enquête parlementaire


Gestion des fonds Covid-19 : Nkoghe Bekale prêt pour une enquête parlementaire

  9 mai 2020 à 21h23min 1 Commentaire(s)



Comme pour répondre aux suspicions de la population et aux accusations d’une partie de l’opposition et de la société civile sur la gestion des fonds alloués à la riposte contre le coronavirus au Gabon, le Premier ministre a lui-même demandé, jeudi 7 mai, qu’une enquête parlementaire soit initiée sur cette question.

Face aux députés ce jeudi, Julien Nkoghe Bekale a souhaité « amener un débat de la rue à l’Assemblée nationale » pour pouvoir en discuter entre « responsables ». Il s’agit notamment du débat autour de la gestion, par le gouvernement dont il la charge, des fonds alloués à la lutte contre le Covid-19. Ces derniers temps, les autorités gabonaises font l’objet de suspicions et d’accusations de la part des populations et d’une partie de l’opposition et de la société civile qui les invitent à plus de transparence.

Comme pour donner la preuve de sa bonne foi et assurer de la gestion irréprochable de son gouvernement des différents fonds alloués à la riposte contre la pandémie au Gabon, le Premier ministre a demandé qu’une enquête parlementaire soit initiée sur cette question. Celle-ci, estime-t-il, pourrait permettre de dissiper toutes les suspicions et démentir les fausses informations autour de ce sujet.

Aussi, s’agissant des 250 milliards de FCFA globaux annoncés par le président de la République pour financer les différentes mesures socioéconomiques censées permettre de faire face à la pandémie, Julien Nkoghe Bekale informe-t-il que 225 milliards de cette enveloppe ne proviennent pas du budget de l’État.

Seuls 25 milliards proviennent des caisses de l’État, en plus des 4 milliards offerts par Ali Bongo en décembre dernier. Au total, 29 milliards de FCFA contenus dans l’enveloppe globale contre le Covid-19 proviennent du budget de l’État. Le chef du gouvernement l’assure, ces chiffres sont « vérifiables », y compris à la Caisse des dépôts et consignations (CDC).