ACCUEIL > SOCIETE > Grève des enseignants : malgré les assurances du Premier ministre, les grévistes tiennent mordicus


Grève des enseignants : malgré les assurances du Premier ministre, les grévistes tiennent mordicus

  20 février 2019 à 20h35min 0 Commentaire(s)


Fort d’un millier de membres, ces enseignants en grève réclament l’entièreté de leurs salaires, en lieu et place des présalaires qu’ils touchent depuis leurs affectations, il y a trois ans. 

Bien que le Premier ministre Julien Nkoghé Békalé se soit penché sur le principal point de revendication des enseignants grévistes, à savoir, le versement de l’entièreté de leurs salaires la semaine écoulée, en initiant une séance de travail avec le ministre de l’Education nationale et celui de la Fonction publique, les enseignants grévistes des promotions 2015-2016 de l’Institut national de la jeunesse et du sport (INJS), l’Ecole nationale des instituteurs (Eni), l’Ecole normale de l’enseignement supérieure (ENES) et l’Ecole normale de l’enseignement technique (Enset), ne décolèrent pas. 

En arrêt de travail depuis 5 semaines, ils ont promis poursuivre leur mouvement jusqu’à la régularisation de leurs situations salariales et administratives. C’est ce qu’ils ont confié ce mercredi matin à l’AGP, partie à leur rencontre à leur piquet de grève, à la cathédrale Sainte-Marie de Libreville. Ceux affectés à Libreville y dorment à la belle étoile depuis deux semaines.

« Après sa rencontre avec le Premier ministre, notre ministre de tutelle nous a dit qu’il lui a été dit que notre situation sera réglée dans les brefs délais. On suppose que cela veut dire dès cette fin du mois de février. A partir de ce moment, nous préférons rester ici jusqu’ à voir les situations salariales de tous, ou d’une partie des nôtres, être régularisées. On nous a trop fait des promesses depuis trois ans ».

Pour mieux maintenir cette pression, les jeunes grévistes ne manquent pas de soutien. Leurs aînés de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) ont tenu, ce même mercredi matin, une séance de travail avec eux, pour peaufiner des stratégies de grève. Ils prévoient d’ailleurs tenir une conférence de presse conjointe ce samedi, au siège de Dynamique unitaire, à Awendjé. 

Ce sont en tout près de 1 150 enseignants qui sont concernés par cette problématique à travers le pays. Ils réclament l’entièreté de leurs salaires, en lieu et place des présalaires qu’ils touchent depuis trois ans. Mais aussi, l’assurance maladie et la couverture sociale.