ACCUEIL > POLITIQUE > Haute Autorité de la Communication : les communicateurs éliront leurs représentants 


Haute Autorité de la Communication : les communicateurs éliront leurs représentants 

  4 juin 2018 à 21h57min 0 Commentaire(s)


Les communicateurs détenteurs de la carte de presse et ceux appartenant à des associations du secteur, mais dépourvus de carte de presse, éliront leurs deux représentants. La décision a été prise par l’ensemble des associations des professionnels du secteur de la Communication, réunies, ce jeudi, autour du ministre Guy Bertrand Mapangou.

Selon les conclusions de cette réunion, le collège électoral sera composé des communicateurs détenteurs de la carte de presse nationale et les adhérents des associations professionnelles de la communication n’en disposant pas. Ainsi, parmi les neufs membres qui composeront la Haute autorité de la communication (HAC), les communicateurs sont appelés à choisir deux membres appartenant à leur corporation pour siéger pendant cinq (5) ans au sein de l’institution.

S’agissant des conditions à remplir pour être éligible à cette élection, les candidats doivent remplir deux principaux critères : être âgé de 40 ans et justifié d’une ancienneté professionnelle de 15 ans. Le président de la République désignera trois membres dont le président de l’institution. Le président du Sénat deux membres et le président de l’Assemblée nationale deux membres.

En revanche, l’Assemblée nationale étant dissoute, l’élection des membres de la Hac ne peut donc avoir lieu, dans la mesure où l’Institution ne pourra pas désigner ses deux membres. Il faudra donc attendre les élections législatives à venir suivie de l’élection du bureau du président de l’Assemblée nationale.
Le projet d’ordonnance portant création, organisation et fonctionnement de la HAC, a été adopté en février dernier en conseil des ministres, dans le but de réguler en toute indépendance et impartialité le secteur de la communication.

La Hac sera chargée de garantir le respect de l’expression démocratique et la liberté de la presse sur toute l’étendue du territoire, favoriser l’accès des citoyens à une communication libre et au traitement équitable par les médias publics de tous les partis politiques et associations politiques reconnus, ainsi que de la société civile, faire respecter, par les médias publics, les règles et conditions de production, de programmation et de diffusion des émissions relatives aux campagnes électorales.