ACCUEIL > ECONOMIE > ITIE : Le plan de réintégration du Gabon décliné à Malabo


ITIE : Le plan de réintégration du Gabon décliné à Malabo

  13 juin 2017 à 23h11min 0 Commentaire(s)


Engagé depuis 2015 dans sa réadmission au sein de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), le Gabon ne démord pas. Son plan de réintégration vient d’être présenté à Malabo, en Guinée Equatoriale, dans le cadre d’une formation des Organisations de la société civile (OSC).

Dans le cadre des formations organisées à l’endroit des Organisations de la société civile (OSC), du 6 au 9 juin à Malabo, le Gabon a présenté son plan de réintégration au sein de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE). En effet, le Gabon a été suspendu en 2013 de cette organisation internationale, pour dysfonctionnement de son Groupe d’Intérêt (GI-EITI Gabon)
.
Au nom des autorités gabonaises, le président du Groupe d’ Intérêt au processus de réintégration du Gabon au comité ITIE a présenté à Malabo, la démarche menée par le Gabon. « Comme déjà manifesté par nos plus hautes autorités lors de l’atelier du 24 au 28 avril 2017 à Libreville, je viens une fois de plus ici et maintenant réaffirmer la volonté du Gabon de réintégrer le processus de l’ITIE, à l’issu de la radiation prononcée le 27 février 2013 à Oslo », a annoncé Miche Antsélevé, relayé par gaboninitiatives.com.

Le président du GI-EITI Gabon a rappelé que sur la période de 2015-2017, plusieurs actions ont été menées par le Gabon. Parmi celles-ci, Miche Antsélevé a évoqué un atelier de décembre 2013 sur la « Réflexion sur les enjeux de l’ITIE pour le secteur minier gabonais » ; mais aussi, un atelier en octobre 2014 sur l’« Elaboration puis la validation d’un plan de retour crédible et réaliste du Gabon à l’ITIE ». Tout comme un autre, en octobre 2015, sur l’« Elaboration des critères de désignation des membres des OSC au GI-ITIE Gabon », etc.

« Nous envisageons de clôturer ce processus d’ici la fin du mois de juin 2017 et espérons ainsi tenir la première session ordinaire du GI-ITIE Gabon réorganisé, au début du second semestre 2017 », a indiqué Miche Antsélevé. Dans cette perspective, d’autres actions mentionnées dans le plan d’action restent à mener d’ici la fin du mois de décembre 2017.

Il s’agit notamment de l’ organisation à Libreville, avec l’appui de la Banque mondiale, d’un atelier de « désignation des OSC membres du GI-EITI Gabon » ; la « finalisation du processus administratif de désignation des représentants des membres des trois collèges du GI-ITIE Gabon » ; l’« actualisation et la finalisation du plan de retour du Gabon à l’ITIE, ainsi que le plan d’action stratégique 2018-2020 » ; la « Mobilisation des ressources de l’Etat et autres ressources auprès des partenaires techniques et financiers ». Des actions qui préfigurent le « redémarrage des activités (sessions ordinaires et extraordinaires) du GI-EITI Gabon ».

C’est à l’issue de la formation des Organisations de la société civile (OSC) de la Cemac, organisée à Libreville en avril 2015, que le gouvernement avait annoncé la reprise du processus de réintégration du Gabon à l’ITIE. L’ITIE promeut la transparence, la bonne gouvernance et la responsabilité dans l’utilisation des revenus issus de l’extraction pétrolière, gazière et minière dans les pays riches en ressources naturelles.