ACCUEIL > SOCIETE > Installation du nouveau procureur adjoint près le tribunal de Franceville


Installation du nouveau procureur adjoint près le tribunal de Franceville

  5 novembre 2018 à 22h53min 0 Commentaire(s)


Promu procureur adjoint au tribunal de première instance de Franceville, lors du dernier Conseil supérieur de la magistrature, Rodrigue Ebang Zué, a officiellement pris ses fonctions vendredi dernier, au cours d’une audience solennelle organisée dans le palais de justice de la capitale provinciale de Haut-Ogooué (Sud-Est du Gabon).

Le promu a été installé dans ses nouvelles charges, conformément à la loi 12/94, relatif au statut particulier des magistrats, disposant que ces derniers sont installés dans leurs fonctions en audience solennelle de la juridiction dans laquelle ils sont nommés.

« Votre nouvelle fonction ne sera pas de tout repos et pour la réussite des missions qui vous seront confiées, vous pourrez toujours compter sur l’esprit d’équipe, sur la réflexion collective et la solidarité des collègues et collaborateurs qui sont les valeurs du tribunal de première instance de Franceville », a prodigué la présidente du tribunal, Frédérique Ndombi Bitar au promu. 

Elle a également encouragé le nouveau procureur adjoint à toujours cultiver le goût du travail bien fait, qui l’a valu un regard attentionné de la part du Conseil supérieur de la magistrature.
Le procureur de la République près le tribunal de première instance de Franceville, Gilbert Mbarangolo a profité de cette opportunité, pour évoquer premièrement, le principe de subordination hiérarchique qui gouverne le ministère public. 

Il a rappelé que le procureur de la République ne reçoit les instructions que provenant de son chef hiérarchique, le procureur général. Il peut, à certains moments recevoir les instructions du ministre de la Justice Garde des sceaux. Mais aussi, de la part du chef de l’Etat, en sa qualité de président du Conseil supérieur de la magistrature, qui peut l’instruire directement sur une procédure pénale pendante dans les services du parquet.
A travers ce rappel, M. Mbarangolo a dénoncé l’intervention directe des autorités politiques, administratives et militaires qui apparaissent étrangères au principe de subordination hiérarchique susmentionné.

Aussi, s’est-il appesanti deuxièmement, sur les viols sur mineurs et la consommation des stupéfiants en milieu scolaire qui ne cessent de prendre de l’ampleur.
Il a indiqué que lors de la dernière session criminelle, 80% des infractions commises et donnant lieu aux procédures pendantes devant les juridictions, concernent les viols sur mineurs de moins de 15 ans.

Sur le 2ème cas cité, le procureur a souligné que l’année judiciaire écoulée, certains élèves ont passé leurs examens en détention, à cause de la consommation et la vente des chanvres indiens, ‘’tramadols ou kobolos’’, qualifiés de stupéfiants par la loi pénale.

Face à cette situation, le représentant du ministère public s’est posé la question de savoir comment ces enfants échappent-ils au contrôle de leurs parents, des enseignants, des surveillants dans leurs établissements et surtout à celui de leurs chefs d’établissement scolaires ? Non sans interpeller tous les acteurs concernés quant à la gravité de la situation.

Après les études de droit à l’Université Omar Bongo et à l’Ecole nationale de la magistrature, Rodrigue Ebang Zué a été affecté au tribunal de première instance de Franceville en 2014, en qualité substitut du procureur de la République en charge des mineurs.