ACCUEIL > FAITS DIVERS > Jean Christophe Owono Nguema refuse de repondre à la convoqué à la DGR


Jean Christophe Owono Nguema refuse de repondre à la convoqué à la DGR

  30 octobre 2017 à 21h54min 0 Commentaire(s)


Le 6e vice-président du Sénat, Jean Christophe Owono Nguema, est convoqué le 30 octobre 2017 à l’antenne anti criminalité de la direction générale des recherches (DGR) à Libreville.
 
Le sénateur d’Oyem, Jean Christophe Owono Nguema, est invité à répondre à une convocation de l’antenne anti criminalité de la direction générale des recherches (Gendarmerie), le 30 octobre prochain à Libreville pour affaire le concernant.

Si le 6e vice-président du Sénat affirme ignorer les raisons de cette convocation déposée le 28 octobre, à son domicile à Okala, certaines sources indiquent que cette convocation est liée à sa déclaration du 19 octobre à TV5Monde. Le Sénateur avait appelé la population gabonaise à « se lever à l’exemple du Togo et descendre dans la rue pour affronter Ali Bongo et défendre la Constitution ». Très surpris et la qualifiant d’« illégale et contraire à la Constitution » digne d’un État totalitaire, il ne compte pas répondre à cette convocation.

Le sénateur s’appuie sur les dispositions de l’article 38 du titre III de la Constitution. Selon cet article : « Aucun membre du parlement ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions. Tout membre du parlement ne peut, pendant la durée des sessions, être poursuivi, recherché ou arrêté en matière criminelle, correctionnelle ou de simple police qu’avec l’autorisation du bureau de la chambre intéressée, sauf en cas de flagrant délit ou de condamnation définitive. La détention ou la poursuite d’un membre du parlement est suspendue jusqu’à la fin de son mandat, sauf en cas de levée de l’immunité parlementaire ».

Jean Christophe Owono Nguema a également évoqué l’article 39 de la Constitution pour justifier sa position. « Selon l’article 39 de la Constitution, tout mandat impératif est nul. Qui plus est, aucun parlementaire ne peut pendant son mandat être inquiété pour ses opinions exprimées », a-t-il rappelé. Et de marteler : « Je ne répondrai pas à cette convocation, et qu’ils ne pensent pas que moi Owono Nguema je fuirai de ce Gabon. Je suis chez moi à Okala, qu’ils viennent me prendre et on verra la suite ».