ACCUEIL > POLITIQUE > Jean Ping dit non au projet de révision constitutionnelle 


Jean Ping dit non au projet de révision constitutionnelle 

  5 novembre 2017 à 21h56min 0 Commentaire(s)


L’ancien candidat à l’élection présidentielle l’Opposant Jean Ping a appelé samedi au cours d’une déclaration à Libreville, à s’opposer à la révision constitutionnelle en cours, initiée par le gouvernement.

"Chers compatriotes, nous sommes face à nous-mêmes et nos destins individuels. Ici et maintenant nous vous le disons : nous devons faire échouer cette révision constitutionnelle", a-t-il dit.

"Nous devons la faire échouer parce qu’elle porte les germes de la liquidation de la République et finalement l’instauration d’un Royaume au Gabon", a-t-il justifié.
Pour Jean Ping, "le rejet du projet de révision constitutionnelle entend réaffirmer le droit des gabonais et des gabonaises à choisir librement leurs dirigeants et leurs destins".

Dans une déclaration faite jeudi dernier, le vice-président de la République Pierre Claver Maganga Moussavou, par ailleurs président du Parti social démocrate (PSD, opposition), avait indiqué que cette révision constitutionnelle ne consacrait pas une monarchisation du Gabon. Ce, pour avoir pris part au dialogue politique d’Angondjé convoqué par le président de la République, Ali Bongo Ondimba en qualité de coprésident pour le compte de l’Opposition.

"Des personnes que j’ai connues dans la majorité comme dans l’Opposition ne peuvent pas me faire l’injure de penser que peux participer à la direction des travaux d’un dialogue en vue d’asseoir un pouvoir monarchique", avait-t-il indiqué, quelques jours après le porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilié-By-Nzé.

Ce dernier au cours d’un entretien avec la presse nationale et internationale, avait affirmé de manière "claire" que " le projet de révision constitutionnelle adopté en conseil des ministres n’envisage pas la mise en place d’une monarchie au Gabon" et que" cette ambition n’est nourrie ni à la majorité ou à l’opposition ayant pris part au dialogue".