ACCUEIL > SOCIETE > Journée Internationale des Droits de l’Enfant : Les violences en milieu scolaire en ligne de mire


Journée Internationale des Droits de l’Enfant : Les violences en milieu scolaire en ligne de mire

  21 novembre 2018 à 21h23min 0 Commentaire(s)


C’est ce qui ressort de l’allocution prononcée, ce lundi, par le ministre d’Etat à la Justice, Anicet Mboumbou Miyakou. Ce dernier a rappelé les efforts du gouvernement pour éradiquer ce fléau qui perdure, avec notamment l’adoption, en septembre dernier, d’un « mécanisme d’alerte urgente et d’intervention rapide de protection des enfants contre les violences en milieu scolaire ». 

Le Gabon, à l’instar des autres pays du monde, célèbre la Journée Internationale des Droits de l’Enfant, ce mardi 20 novembre sous le thème : « La lutte contre la violence en milieu scolaire ». Dans son allocution circonstancielle prononcée, lundi, le ministre d’Etat à la Justice, Garde des Sceaux, Anicet Mboumbou Miyakou, a parlé d’une date qui donne l’occasion au Gabon de « montrer la place primordiale qu’il accorde à l’enfant et à la défense de ses intérêts ». 

Toute chose qui passe par la « garantie des acquis » et la poursuite des efforts en la matière dans notre pays. Car, comme l’a reconnu le membre du gouvernement, en dépit de la lutte qui se mène sur le terrain, les violences faites aux enfants demeurent une problématique au Gabon. « Avec une recrudescence des châtiments corporels en milieu scolaire ».
 Pour s’en convaincre, le ministre d’Etat a convoqué les résultats d’une « Etude sur les violences faites aux enfants au Gabon » menée en 2010, et qui démontre que « sur 83% des enfants interrogés, 12,9% sont victimes de violences en milieu scolaire. Ce taux est encore élevé. C’est pourquoi l’Etat s’attèle à le réduire au maximum, mieux, à éradiquer ce phénomène », a-t-il estimé. 

Déterminé à tordre le cou à ce phénomène « où les enfants pourraient être victimes, auteurs ou témoins », le Garde des Sceaux a rappelé les lois qui protègent l’Enfance dans notre pays. Dont « l’activation par le gouvernement, le 14 septembre dernier, d’un mécanisme d’alerte urgente et d’intervention rapide de protection des enfants contre les violences en milieu scolaire », conformément à l’article 29 de la Convention des Nations Unies sur les Droits de l’Homme et de l’Enfant de 1989. 

« L’installation de ce mécanisme d’action multi sectorielle, dont la mission est d’intervenir de manière proactive et diligente, lorsqu’un cas de violence en milieu scolaire, voire extrascolaire est signalé et dénoncé, va s’étendre également dans tous les chefs de lieux de provinces conformément au chronogramme établi », a promis Anicet Mboumbou Miyakou. 
Non sans rappeler que parallèlement, la Direction générale des Droits de l’homme mène depuis le 12 novembre dernier, jusqu’au 21 décembre prochain, des sensibilisations dans plusieurs établissements du pays. 

La Journée Internationale des Droits de l’Enfant a été adoptée le 20 novembre 1989 par l’Assemblée générale des Nations unies. Elle sera célébrée ce mardi au Gabon sous le parrainage de la Première dame, Sylvia Bongo Ondimba.