ACCUEIL > ENVIRONNEMENT > Journée Mondiale des Zones Humides


Journée Mondiale des Zones Humides

  9 février 2016 à 23h44min 0 Commentaire(s)


Sensibiliser les acteurs et les jeunes à la gestion de ses écosystèmes

Les lampions de la célébration de la journée mondiale des zones humides se éteints le week-end à la salle polyvalente de Ntoum avec des exposé qui ont réunis les élèves des établissements secondaires de cette commune. Cet évènement qui est célébré tout les 2 février de chaque année depuis 1971, avait pour thème « Les zones humides pour notre avenir : modes de vie durables ». Pour le Gabon, l’évènement a été célébré dans trois communes : Akanda, Lambaréné et Ntoum.

Selon le point focal de la convention Ramsar, le conseiller du ministre des forêts et de l’environnement, Faustin Ondamba, nous avons célébré cet évènement cette année dans trois communes : Akanda, Lambaréné et Ntoum.

Pour la commune d’Akanda, nous avons impliqué plus les décideurs du fait qu’il y a de plus en plus une spéculation foncière et des vastes étendus des mangroves sont détruites. Avec la maire des prospectives sont engagées pour protéger le parc national d’Akanda qui parti des neuf sites Ramsar du pays.

Dans la commune de Lambaréné, il était question de sensibiliser les jeunes. Ceux derniers qui sont plus proches des parents doivent jouer le relais au près des pêcheurs, des agriculteurs et des commerçants pour garder intact le bassin hydrique de l’Ogooué, de ne pas déverser les déchets ou des produits toxiques. Ils devraient également éviter de construire sur les berges sans une étude d’impact ou de bloquer les passages d’eaux afin de ne pas provoquer les inondations.

S’agissant de la commune de Ntoum, la volonté engagée est de protéger zones de production d’eau. La ville de Ntoum reste le centre de la province de l’Estuaire pour alimenter les populations en eau potable. La protection des bassins versants des rivières comme l’Assango, la Nzémé, la Zasa et la carrière de la cimenterie demeurent des lieux privilégiés pour la production de l’eau de qualité à la consommation humaine.
Toutefois, pour le point focal zones humides du Gabon, l’action recherchée vise à protéger davantage l’environnement, à conserver les écosystèmes. De ce fait, la journée mondiale des zones humides a pour but de sensibiliser les communautés. Nous dépendons tous des zones humides, sources de vie d’eau douce, et à travers le monde, plus d’un milliard de personnes vivent directement des zones humides et d’activités y relatives.