ACCUEIL > SOCIETE > Journée citoyenne : L’incivisme des populations, un frein à l’action de l’hôtel de ville de Libreville


Journée citoyenne : L’incivisme des populations, un frein à l’action de l’hôtel de ville de Libreville

  15 octobre 2018 à 22h57min 0 Commentaire(s)


En procédant à la célébration en différée de la journée citoyenne, samedi 13 septembre 2018 à Libreville, le 2ème maire adjoint de la capitale gabonaise, Christian Ngoua a été une nouvelle fois confronté à un acte d’incivisme suivi des menaces. 

C’est dans le 5ème arrondissement de Libreville, que le 2ème adjoint au maire de la mairie centrale a fait face à un jeune citoyen ayant interdit aux autorités municipales, l’accès à une voie publique, afin de procéder à l’assainissement de cet espace, dans le cadre de la célébration , en différée, de la journée citoyenne.

Une action menée par les autorités municipales, qui rentrait dans le cadre de la reprise des activités au sein des administrations municipales, après la tenue au Gabon, des élections législatives et locales dont le premier tour vient de s’achever et la campagne électorale pour la seconde phase en cours.


 
Le jeune homme, âgé de 32 ans et vivant au quartier Melen, situé dans le 5ème arrondissement de la ville de Libreville, s’est dit offusqué de voir les autorités venir intervenir sur cette voie abandonnée depuis belle lurette alors qu’il est désormais le seul à maintenir l’espace viable. Une présence estimée vaine par ce dernier.

C’est à coup de projectiles et autres détritus que l’indélicat a freiné l’action de la municipalité, traduisant son mécontentement. Après avoir fait intervenir les forces de l’Ordre pour maitriser le jeune homme, le 2ème adjoint au maire de Libreville, en pédagogue, a dit l’enjeu de la journée citoyenne et le rôle du citoyen dans la mise en œuvre de la vision prônée par les plus hautes autorités gabonaises, dont le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba.

En effet, la journée citoyenne est l’occasion pour la municipalité de mener des actions de propreté des espaces publics, conjointement avec les populations. Aussi, un axe majeur, est-il consenti pour la sensibilisation des usagers en vue d’une plus grande conscientisation et implication des acteurs. 

Il est à rappeler que face à ce type d’actes, la municipalité de Libreville plancherait actuellement sur la mise en œuvre des mesures de répression. L’objectif poursuivi par la mise en œuvre desdites mesures serait d’inciter la population à plus de respect de la réglementation en vigueur. 

La propreté implique un changement véritable de mentalités. La mairie centrale, après la phase de sensibilisation entend élever le ton, en adoptant notamment des mesures répressives, le but étant de sanctionner tout contrevenant.