ACCUEIL > CULTURE > Journée de sensibilisation sur la contribution de la culture au Gabon émergent


Journée de sensibilisation sur la contribution de la culture au Gabon émergent

  7 décembre 2015 à 21h30min 0 Commentaire(s)


" Le secteur culturel pourrait très bien contribuer à la

diversification de l’économie gabonaise "

CHANGER la perception sociale et économique de la culture, et montrer qu’elle peut être un levier de croissance économique pour le Gabon, au même titre que d’autres secteurs. C’était l’objectif poursuivi par la journée de sensibilisation sur la contribution de la culture au Gabon émergent, organisée mercredi par le ministère de la Culture, des Arts et de l’Éducation civique, à l’auditorium du ministère de la Protection de l’Environnement et des ressources naturelles. La cérémonie protocolaire a été présidée par le ministre de l’Enseignement supérieur, Denise Mekam’ne, représentant le Premier ministre, qu’accompagnaient le ministre de la Culture, Paulette Mengue, et Boubacar Noumansana, représentant régional de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

L’occasion était ainsi donnée aux artistes, promoteurs culturels et partenaires publics et privés présents, de réfléchir ensemble aux voies et moyens pour atteindre cet objectif profitable à tous. D’entrée, Denise Mekamne a rappelé l’importance de la culture pour les plus hautes autorités avec, entre autres, l’appui au processus d’élaboration du statut d’artiste, commencé depuis quelques mois, ou encore la signature, en septembre 2013, de la convention-cadre Gabon-OIF (2013-2015), portant sur un programme d’Appui au renforcement des politiques et industries culturelles (Arpic). Laquelle convention est adossée à un instrument normatif du Plan stratégique Gabon émergent : "les grands axes de la politique culturelle en République gabonaise".

Quant à Paulette Mengue, revenant sur le souhait du gouvernement en 2008 de diversifier l’économie du pays, au regard de l’instabilité des cours mondiaux liés à l’exploitation du pétrole et des ressources minières, elle a affirmé que « le secteur culturel pourrait très bien contribuer à cette diversification. »

 L’autorité ministérielle s’est basée, pour cela, sur une étude menée par l’OIF en 2011, dans la seule ville de Port-Gentil. Cette enquête faisait ressortir un chiffre d’affaires de 2 milliards 276 millions de francs pour près de 2491 emplois directs sur 288 structures dans les domaines du livre, du cinéma et des arts du spectacle. « En élargissant les filières et en questionnant l’ensemble du territoire -comme cela se fait actuellement NDLR-, les chiffres seront encore plus significatifs pour montrer le dynamisme du secteur », a soutenu la ministre de la Culture.