ACCUEIL > POLITIQUE > Journée nationale de la femme : Lancement des activités ce mardi à Libreville


Journée nationale de la femme : Lancement des activités ce mardi à Libreville

  17 avril 2019 à 22h08min 0 Commentaire(s)


Le Premier ministre, Julien Nkoghé Békalé, a lancé, ce 16 avril à Libreville, les activités de la célébration des Journées Internationales et Nationales de la Femme. Cette édition met en exergue les droits des femmes à travers son thème principal : « Les violences faites aux femmes ».

Le Premier ministre gabonais a rappelé, à l’occasion du lancement des activités de la journée de la femme, les initiatives prises par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, dont la décennie nationale de la femme, 2015-2025. « Une consécration qui traduit bien la prise en compte de l’approche genre, dans l’élaboration des politiques publiques au Gabon ».

Julien Nkoghé Békalé a salué l’engagement de la Première dame, Mme Sylvia Bongo Ondimba, qui s’est joint personnellement à ces célébrations en assurant le parrainage et, en prenant la tête d’un combat, celui de la lutte contre les violences faites aux femmes, thèmes des présentes journées.
Par ailleurs, à cette occasion la Première dame s’est engagée à soutenir un plaidoyer en faveur de l’éradication de toutes les formes de violences faites aux femmes et aux filles au Gabon.

Le Chef du gouvernement a rappelé que le Gabon a ratifié les instruments internationaux de promotion et de protection des droits de la femme dont particulièrement la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes (Cedef).
A propos, Julien Nkoghé Békalé a relevé que le Gabon vient de se doter d’une stratégie nationale de lutte contre les violences basées sur le genre, un document qui constitue un outil majeur de lutte, au service aussi bien des pouvoirs publics que des usagers.

La ministre de la Promotion de la Femme et du Genre, Estelle Ondo, s’appuyant sur les thèmes et sous-thèmes qui ont fait l’objet des conférences débats, en appelle à une prise de conscience fondamentale du genre féminin afin de ressortir les causes profondes qui entravent l’évolution de celles-ci dans les domaines sociopolitique et économique.

Tout en soulignant que les violences faites aux femmes à l’échelle mondiale se sont accrues, malgré tous les instruments disponibles pour lutter contre ce fléau. Pour inverser la courbe, l’Organisations des Nations unies recommande de procéder à un changement profond et rapide de notre monde, afin de parvenir à la parité multidimensionnelle d’ici 2021, a-t-elle poursuivi.

Pour le coordonateur résident du système des Nations unies, Stephen Jackson, son entité est déterminée à appuyer le Gabon dans la poursuite de trois axes prioritaires : la promotion de l’autonomisation des femmes gabonaises, l’accroissement de la participation et la représentation des femmes gabonaises du pays, combattre le grave fléau de la violence faite aux femmes, ainsi que la lutte contre toutes autres formes d’inégalité et d’injustice à l’égard des femmes.

La célébration de la Journée internationale et nationale de la femme a également été marquée par des conférences débats sur divers thèmes et l’exposition des produits du terroir. Elle se poursuivra ce mercredi 17 avril par une marche pacifique, pour dire non aux violences faites aux femmes.