ACCUEIL > POLITIQUE > Journée nationale du drapeau : Une célébration biaisée par le Covid-19


Journée nationale du drapeau : Une célébration biaisée par le Covid-19

  12 août 2020 à 00h18min 1 Commentaire(s)


Instituée le 2 décembre 2009, la Journée nationale du drapeau n’a pas été célébrée cette année à cause du Covid-19. Cependant, son essence a été rappelée par un discours du ministre de la Culture qui indique qu’Ali Bongo a placé l’édition 2020 sous le thème : Citoyenneté nationale, civisme et santé publique.

Le Covid-19 a mis en berne la Journée nationale du drapeau. Instituée en 2009, rappelle le ministre de la Culture, sa vocation est de permettre aux Gabonais de réaffirmer leur attachement aux valeurs de la nation et leur appropriation des symboles républicains par l’incitation au patriotisme et au renforcement du civisme.

Cette année, la célébration de la 11e édition a été biaisée par la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon Michel Menga, c’est un problème de santé publique susceptible de provoquer des comportements inciviques, favorables à la propagation de la pandémie, à la dégradation de la conscience citoyenne et à la destruction du tissu socio-économique. « C’est pourquoi, le président de la République a placé l’édition 2020 sous le thème : Citoyenneté nationale, civisme et santé publique », a-t-il indiqué.
Pour le ministre de la Culture, la problématique posée par ce thème évoque l’éternelle question du rapport de l’homme à la société, d’un peuple à sa Nation et des relations entre les humains.

Un appel au civisme et au respect des mesures barrières en cette période de crise sanitaire. « Par ce thème, chaque Gabonais est donc interpellé à améliorer son comportement dans l’intérêt de tous et de chacun. Au regard de tous ces dangers, le drapeau national apparaît encore plus comme le véritable catalyseur de l’Unité, de la cohésion sociale et de la Paix », a-t-il déclaré.

Considérant la paix et la santé comme des gages d’équilibre et d’harmonie qui masquent parfois la complexité et la délicatesse du fonctionnement d’une République, Michel Menga appelle les populations gabonaises en ce jour de commémoration, à adhérer aux valeurs de civisme et de solidarité. « Les périodes de maladies permettent à un être humain d’apprécier l’importance des organes de son corps. Il en est de même, pour les moments de crises dans un pays, car ils révèlent la nécessité des institutions et le sens profond des symboles nationaux, tels que le drapeau », a-t-il poursuivi.

Saluant l’efficacité de la riposte contre le Covid-19 au Gabon, Michel Menga a estimé que l’observation de la tendance baissière du rythme de contamination et l’évolution des cas de guérison, « donnent l’espoir qu’un jour cette pandémie s’arrêtera ». « C’est pourquoi, en cette période de pandémie, la citoyenneté et le civisme doivent s’ériger, dans le cœur de chaque Gabonaise et chaque Gabonais, comme des solutions à la crise sanitaire actuelle », a-t-il dit.

Pour lui, cette pandémie enseigne que « pour bouter ce virus hors de nos frontières, il est plus que nécessaire de taire nos antagonismes, de favoriser la cohésion et l’unité nationales et d’adopter des comportements responsables ». Une leçon, a-t-il affirmé, qui rejoint les propos d’Ali Bongo selon lesquels « en ces temps difficiles, la solidarité et l’entraide profondément ancrées dans nos valeurs doivent être un mot d’ordre ».