ACCUEIL > FAITS DIVERS > Justice : Le procès Bertrand Zibi à nouveau renvoyé !


Justice : Le procès Bertrand Zibi à nouveau renvoyé !

  10 mai 2019 à 01h12min 0 Commentaire(s)


Le procès de l’opposant Bertrand Zibi, prévu se tenir ce mercredi 08 mai, a été une nouvelle fois renvoyé au 22 mai prochain. A l’origine, une question de procédure liée au non citation à partie civile au rôle ce mercredi matin, par le secrétariat en chef du parquet, en dépit de la présence de son conseil et du parquet de la République au tribunal de Libreville. 

Le procès de l’ancien député de Bolossoville, Bertrand Zibi Abeghe, n’a pas eu lieu ce mercredi 08 mai au tribunal de Libreville. Il a à nouveau été renvoyé au 22 mai 2019. Et pour cause, la partie civile constituée par le plaignant, un certain Kenévien, n’ayant pas été saisie officiellement, ainsi que le prévoit la Constitution en son article 1er, et le Code pénal en son article 64. Lesquelles dispositions précisent que toutes les parties doivent être citées.

Le présidium de Fulgence Ogama, et le réquisitoire du procureur Olivier Nzhaou, n’ont pu permettre la tenue de l’audience concernant l’affaire du prévenu Bertrand Zibi, poursuivi, au passage, pour les charges de violences et voie de faits. Il a été arrêté au soir de la proclamation des élections présidentielle de 2016.
La confrontation des deux Conseils aura été épique sur les questions de procédures liées au rôle (avis, citation régulière). Le Conseil du plaignant, représenté par maitre Bongo Mavoungou, a récusé la tenue et la méthode de contact utilisée par le secrétariat en chef du parquet, pour saisir officiellement son client. Par ailleurs, le fait qu’il soit présent à l’audience, signalée par un message Whatsapp, ne signifie pas que son client l’était également, estime-t-il.
Et pour s’en convaincre, il va s’appuyer sur l’article 1er de la Constitution et 64 du Code pénal gabonais.

Le Conseil de la défense, représenté par maitre Moubembe a, au contraire, déploré que le dossier de son client ait été une nouvelle fois renvoyé, alors que la Cour était suffisamment représentative pour enrôler et statuer sur cette affaire dont l’instruction a été faite depuis 1 an. Mieux, a-t-il ajouté, « Monsieur Bertrand Zibi a beaucoup à faire avec sa famille plutôt que de rester indéfiniment en prison ». Et de conclure, outré, que « les multiples renvois ne sont qu’un prétexte pour que ce procès n’ait pas lieu ». 

Le réquisitoire du parquet est venu mettre tout le monde d’accord, notamment lorsqu’il a mentionné les articles 311 et 418, pour mettre en exergue la possibilité d’user de tous les mécanismes pour citer régulièrement et aviser un client.
Les uns et les autres devront donc à nouveau patienter jusqu’au 22 mai pour espérer voir l’épilogue de cette affaire judiciaire qui intéresse bien des gens. En atteste la forte présence de curieux ce mercredi matin au tribunal de première instance de Libreville.